Rechercher
La santé de A à Z
Par ordre alphabétique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Par partie du corps
Situations d'urgence
Situations d'urgence
L’essentiel pour réagir

Comment agir en cas d’urgence ? Quels gestes réaliser ? qui contacter ?

Offres de prevention
de l'Assurance Maladie

Pour accéder aux offres qui vous concernent, saisissez votre âge et votre sexe :

Rechercher
Sexe

 > 
Les vaccins contre la tuberculose et la coqueluche
Imprimer Envoyer à un ami
Vaccinations

Mis à jour le 11 février 2016

Les vaccins contre la tuberculose et la coqueluche

Le vaccin contre la tuberculose

La tuberculose est une maladie infectieuse due à une bactérie appelée bacille de Koch. Elle se transmet de personne à personne, par la toux ou les postillons, à l'occasion de contacts rapprochés et répétés. Il est possible d'avoir une tuberculose et de ne pas se sentir malade. Les symptômes de la maladie sont avant tout la toux, la fièvre, la fatigue et la perte de poids. Pratiquement tous les organes peuvent être touchés par la tuberculose et des complications graves peuvent survenir.
Un traitement associant plusieurs antibiotiques est efficace mais il doit être pris tous les jours, pendant plusieurs mois.
Le risque de développer la maladie est plus important chez les enfants.
Depuis 2007, la vaccination contre la tuberculose n'est plus exigée lors de l'entrée en collectivité des enfants. Cependant, le vaccin reste recommandé dès la naissance pour les enfants qui présentent un risque élevé de tuberculose :

  • antécédent familial de tuberculose chez un parent, un frère, une sœur... ;
  • enfant résidant en Ile–de–France, en Guyane ou à Mayotte ;
  • enfant né, ou devant séjourner dans un pays de forte endémieendémie
    Persistance habituelle dans une région d'une maladie qui s'y manifeste de façon périodique ou permanente.
    tuberculeuse (Afrique, Asie, Moyen et Proche Orient, Amérique centrale du Sud, Europe centrale et de l’Est, certains pays de l’Union Européenne) ;
  • enfant dont au moins un des parents est originaire d'un de ces pays ;
  • enfant devant séjourner au moins un mois d’affilée dans l’un de ces pays ;
  • toute autre situation jugée à risque par le médecin.

Le vaccin peut également être proposé jusqu'à 15 ans, chez les enfants à risque élevé et ceux qui n'ont pas encore été vaccinés.
Pour éviter de vacciner un enfant qui aurait été contaminé, le dépistage de la tuberculose est recommandé dès l'âge de 3 mois. Ce dépistage se fait grâce à une intradermoréactionintradermoréaction
Injection dans le derme (peau) d'une petite quantité d' allergène ou de toxine pour étudier le degré de sensibilité du sujet vis-à-vis de cette substance.
(ou IDR) à la tuberculine.
La vaccination repose sur :

  • une injection unique d'une demi–dose de vaccin sans IDR préalable, de la naissance à l’âge de 2 mois révolus ;
  • une injection unique d'une demi–dose de vaccin après une IDR négative, pour les nourrissons de trois à 11 mois révolus ;
  • l'injection d'une dose de vaccin après une IDR négative, à partir d'un an.

La revaccination par le BCG, en population générale et chez les professionnels exposés à la tuberculose, n’est plus indiquée depuis 2004. En conséquence, l’IDR à la tuberculine n’est plus pratiquée à titre systématique, notamment après la vaccination par le BCG.

Le vaccin contre la coqueluche

La coqueluche est une maladie infectieuse respiratoire très contagieuse causée par une bactérie.
La contamination se fait par l'air (lors de la toux, postillons) et par contact avec une personne qui a la coqueluche.
Le signe principal de cette maladie est la quinte de toux. Il existe des risques de complication, surtout chez le nourrisson de moins de six mois.
Actuellement, la coqueluche est redevenue une maladie fréquente de l'adulte jeune (faute de rappel du vaccin, notamment) Les adultes malades peuvent transmettre la coqueluche aux nourrissons non vaccinés.

La vaccination est recommandée avec :

  • deux injections chez le nourrisson : une à 2 mois et une à 4 mois ;
  • un rappel à 11 mois ;
  • un rappel à l'âge de 6 ans, puis un rappel entre 11 et 13 ans.

La vaccination est également proposée chez l'adulte n'ayant pas reçu de vaccination contre la coqueluche au cours des cinq dernières années, à l'occasion du rappel diphtérie–tétanos–poliomyélitepoliomyélite
Infection due à un virus qui se fixe sur les centres nerveux et en particulier la moelle épinière, responsable de paralysie.
fixé à l'âge de 25 ans.
Pour les personnes âgées de plus de 25 ans et n'ayant pas reçu ce rappel, un rattrapage peut être proposé jusqu'à l'âge de 39 ans révolus.

La vaccination contre la coqueluche est par ailleurs recommandée dans le cadre de la stratégie dite du "cocooning" :

  • chez les adultes ayant un projet parental ;
  • au cours de la grossesse, pour les enfants de la fratrie, le conjoint et les autres personnes susceptibles d'être en contact étroit avec le futur nourrisson au cours de ses 6 premiers mois (grands–parents, baby–sitters...) ;
  • juste après l'accouchement, pour la mère et les autres personnes susceptibles d'être en contact étroit avec le futur nourrisson au cours de ses 6 premiers mois, si la mise à jour de la vaccination n'a pas encore été pratiquée.

Consulter l'article "Le vaccin contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite"

Sources
  • Ministère des Affaires Sociales, de la Santé et du droit des femmes. Calendrier des vaccinations et recommandations vaccinales 2015. Site internet : Ministère des Affaires Sociales et de la Santé. Paris (France) ; 2015 [consulté le 7 janvier 2016]
  • Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (INPES). La vaccination. Site internet : INPES. Saint–Denis (France) ; 2016 [consulté le 7 janvier 2016]
Avez-vous trouvé les informations recherchées ?
Annuaire santé
Tarifs, horaires, spécialité, localisation... trouvez le médecin qui vous convient.