Rechercher
La santé de A à Z
Par ordre alphabétique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Par partie du corps
Situations d'urgence
Situations d'urgence
L’essentiel pour réagir

Comment agir en cas d’urgence ? Quels gestes réaliser ? qui contacter ?

Offres de prevention
de l'Assurance Maladie

Pour accéder aux offres qui vous concernent, saisissez votre âge et votre sexe :

Rechercher
Sexe

 > 
Comment soigner les troubles du rythme et de la conduction cardiaque ?
Imprimer Envoyer à un ami
Troubles du rythme cardiaque

Mis à jour le 9 février 2016

Comment soigner les troubles du rythme et de la conduction cardiaque ?

Après un bilan cardiovasculaire, un traitement est mis en place par un cardiologue et sa surveillance est assurée par votre médecin traitant. Il peut s'agir d'un traitement médicamenteux ou chirurgical.

Le traitement médical des troubles du rythme cardiaque

Un traitement médicamenteux peut être nécessaire. Il est adapté à la nature du trouble du rythme cardiaque diagnostiqué.

En cas de fibrillation auriculaire, il a pour but de prévenir la formation de caillots dans le cœur et de ralentir les battements du cœur.

En cas de trouble du rythme ventriculaire grave, le but est de prévenir la survenue de ce trouble, et d'en atténuer le retentissement lorsqu'il survient.

Les médicaments employés pour soigner les troubles du rythme cardiaque sont notamment :

  • les bêtabloquants. Ils sont contre-indiqués en cas de troubles de la conduction ;
  • l'amiodaroneamiodarone
    Médicament contenant de l'iode utilisé dans le traitement de certains troubles du rythme.
     ;
  • les antiarythmiquesantiarythmiques
    Médicaments visant à corriger certains troubles du rythme cardiaque.
    .

Les anticoagulants ne sont pas des médicaments spécifiques des troubles du rythme. Ils permettent d’éviter la formation de caillots, éventuellement provoqués par l'arythmie. Ils nécessitent une surveillance régulière.
Il s'agit :

  • dans la majorité des cas, de médicaments antivitamines K (AVK) ;
  • ou plus rarement, de nouveaux médicaments (dabigatran, rivaroxaban, apixaban), réservés à certains cas.

La prescription d’antiagrégantsantiagrégants
Médicament qui empêche l’agrégation des plaquettes sanguines et donc la formation d’un caillot de sang.
plaquettaires (médicaments empêchant l’assemblage des plaquettes sanguines entre elles et donc la formation de caillots) à la place des anticoagulants oraux est parfois indiquée.

LE SAVIEZ-VOUS ?

Votre pharmacien peut vous accompagner dans le suivi de votre traitement par anticoagulant oral

Le traitement par anticoagulant oral nécessite une vigilance particulière pour prévenir certains risques d’interactions entre médicaments. En plus du suivi médical de votre médecin traitant, vous pouvez bénéficier de l’accompagnement du pharmacien de votre choix. Ce dernier vous donne des conseils sur le bon usage de vos médicaments en tenant compte de vos habitudes de vie. Il s’assure avec vous du bon suivi de votre traitement et vous adresse à votre médecin traitant si besoin.

Si vous souhaitez bénéficier de cet accompagnement personnalisé, confidentiel et gratuit, parlez-en à votre pharmacien.

Le traitement chirurgical en cas de troubles du rythme cardiaque

Dans certains cas, le traitement chirurgical vise à :

  • détruire une anomalie du circuit nerveux cardiaque ;
  • poser un stimulateur cardiaque. Dans ce dernier cas, plusieurs types de "piles" sont utilisés pour répondre aux différentes pathologies. Il peut s'agir d'un stimulateur, d'un pacemaker, d'un défibrillateurdéfibrillateur
    Appareil délivrant des impulsions électriques pour restaurer une contraction cardiaque normale.
    ... Ces appareils sont généralement placés sous la peau, sous anesthésie générale, pour une durée de quatre à cinq ans. Leur bon fonctionnement est facilement vérifiable de l'extérieur.

Ces appareils ont des fonctions différentes :

  • compenser des anomalies temporaires : il peut s'agir d'appareils sentinelles qui se mettent en marche en cas de besoin, ou d'appareils qui régulent le cœur en permanence ;
  • prendre le relais quand le cœur ralentit trop (stimulateur) ;
  • empêcher un emballement cardiaque (défibrillateurdéfibrillateur
    Appareil délivrant des impulsions électriques pour restaurer une contraction cardiaque normale.
    ), pour resynchroniser le cœur au moyen de choc électrique ;
  • pallier un arrêt cardiaque, si nécessaire.
Sources
  • Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), Haute Autorité de santé (HAS). Bon usage des agents antiplaquettaires, Recommandations de bonne pratique. Site internet : HAS. Saint–Denis La Plaine (France) ; 2012 [consulté le 5 janvier 2016]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Place des stimulateurs cardiaques simples et double chambre. Site internet : HAS. Saint–Denis La Plaine (France) ; 2009 [consulté le 5 janvier 2016]
  • Fondation suisse de cardiologie. L’arythmie cardiaque. Site internet : www.prevention.ch. Berne (Suisse) [consulté le 4 janvier 2016]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Guide Parcours de soins. Fibrillation atriale. Site internet : HAS. Saint–Denis La Plaine (France) ; 2014 [consulté le 7 septembre 2015]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Actes et prestations. Fibrillation auriculaire. Site internet : HAS. Saint–Denis La Plaine (France) ; 2015 [consulté le 7 septembre 2015]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Troubles du rythme ventriculaire graves. Actes et prestations. Site internet : HAS. Saint–Denis La Plaine ; 2012 [consulté le 5 janvier 2016]
  • Agence nationale de sécurité des médicaments et des produits de santé (ANSM). Dispositifs médicaux implantables. Site internet : ANSM. Saint–Denis (France) [consulté le 4 janvier 2016]
Annuaire santé
Tarifs, horaires, spécialité, localisation... trouvez le médecin qui vous convient.