Rechercher
La santé de A à Z
Par ordre alphabétique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Par partie du corps
Situations d'urgence
Situations d'urgence
L’essentiel pour réagir

Comment agir en cas d’urgence ? Quels gestes réaliser ? qui contacter ?

Offres de prevention
de l'Assurance Maladie

Pour accéder aux offres qui vous concernent, saisissez votre âge et votre sexe :

Rechercher
Sexe

 > 
Qu'est-ce qu'un trouble du comportement alimentaire (anorexie et boulimie) ?
Imprimer Envoyer à un ami
Troubles du comportement alimentaire : anorexie et boulimie

Mis à jour le 9 février 2016

Qu'est-ce qu'un trouble du comportement alimentaire (anorexie et boulimie) ?

L’anorexie mentale et la boulimie sont des troubles des comportements ou conduites alimentaires en lien avec l’image du corps. Elles touchent essentiellement les jeunes femmes. L’anorexie mentale se caractérise par une perte de poids intentionnelle. Dans la boulimie, des prises compulsives de quantités importantes de nourriture (hyperphagie) sont associées à l’élimination de la nourriture ingérée (vomissement, prise de médicaments…). Les facteurs favorisant l’apparition de ces troubles sont multiples.

Les troubles du comportement alimentaire (TCA) sont des conduites alimentaires différentes de celles habituellement adoptées par les personnes vivant dans le même environnement. Ces conduites alimentaires perturbées sont à l'origine de troubles somatiquestroubles somatiques
Troubles qui concernent le corps et non pas le psychisme.
et psychologiques.

Les troubles des comportements ou conduites alimentaires les plus fréquents sont :

  • l'anorexie mentale qui se caractérise par un refus de s'alimenter, malgré la sensation de faim intense, ainsi qu'un refus de prendre du poids alors que le corps est très amaigri. La personne souffrant d'anorexie mentale a le sentiment d'être toujours en surpoids et cherche à maigrir par tous les moyens. Cela passe notamment par le contrôle des calories de tous les aliments consommés. L’anorexie mentale peut être associée à des conduites boulimiques ;
  • la boulimie qui se caractérise par  des crises au cours desquelles la personne absorbe de manière compulsive de grandes quantités de nourriture, à n'importe quelle heure du jour et de la nuit. Ces crises de boulimie sont suivies de comportements compensatoires inappropriés tels que vomissements, utilisation de purgatifs ou bien jeûne et exercice physique excessif ;
  • l’hyperphagie boulimique qui se caractérise par des épisodes récurrents de crises de boulimie sans comportements compensatoires associés occasionnant surpoids et obésité.
À RETENIR

L’anorexie est une simple perte de l’appétit, plus ou moins temporaire, pouvant être consécutive à une maladie ou un état anxiogène. Elle est à distinguer de l’anorexie mentale qui provoque une obsession de la perte de poids sous l’influence de facteurs psycho–comportementaux et constitue une pathologie psychiatrique relevant d’une prise en charge spécifique.

Quelle est la fréquence des troubles du comportement alimentaire ?

L'anorexie mentale est une pathologie relativement rare (entre 0,9 et 1,5 % des femmes et 0,2 à 0,3 % des hommes). Elle touche en majorité les filles (90 % des cas). Les pics d'apparition de la maladie se situent entre 13–14 ans et 16–17 ans. Toutefois, l'anorexie mentale peut apparaître dans l'enfance ou à l'âge adulte. Des troubles du comportement alimentaire sont parfois observés chez les nourrissons.
Au moins 20 % des anorexiques présenteraient des conduites boulimiques associées avec des comportements compensatoires sous forme de vomissements.

La boulimie touche environ 1,5 % des 11–20 ans et concerne majoritairement les jeunes filles (environ six filles pour un garçon). La boulimie débute généralement plus tard que l'anorexie, avec un pic de fréquence vers 19–20 ans.

L’hyperphagie boulimique touche de manière pratiquement équivalente les hommes et les femmes et apparaît souvent à l’âge adulte.

QUESTION-RÉPONSE

Quelles sont les populations à risque d'anorexie mentale ?

Il existe des personnes plus susceptibles de souffrir d’anorexie mentale :

  • les adolescentes ;
  • les jeunes femmes ;
  • les mannequins ;
  • les danseurs et sportifs, notamment de compétition ;
  • les personnes qui présentent des maladies, impliquant des régimes (diabète de type I, hypercholestérolémie familiale...)

Quels sont les facteurs favorisants des troubles du comportement alimentaire ?

Le comportement alimentaire dépend de facteurs génétiques et psychologiques individuels, mais il est également influencé par des facteurs environnementaux, familiaux et socioculturels.

Les troubles des conduites alimentaires sont donc la résultante de facteurs multiples :

  • Facteurs génétiques : la fréquence de l'anorexie mentale est plus élevée chez les apparentés au premier degré de femmes anorexiques (parents, fratrie, enfants).
  • Facteurs psychologiques et traits de personnalité  : épisodes dépressifs, troubles de la personnalité, baisse de l’estime de soi, perfectionnisme sont plus souvent présents chez les personnes présentant des troubles du comportement alimentaire.
  • Facteurs familiaux : les familles ont longtemps été accusées d'être responsables de l'anorexie de leur adolescent. Toutefois, dans les années 80, des études ont montré qu'il n'en était rien. En revanche, la vie familiale est profondément perturbée par la présence d’une personne ayant des troubles du comportement alimentaire. La façon dont la famille va réagir et se mobiliser, avec l'aide de l'équipe médicale, est très importante. L'accompagnement familial est une nécessité.
  • Facteurs biologiques : les modifications neurologiques et métaboliques (facteurs endocriniens) des systèmes de régulation de l’appétit peuvent influer sur les troubles du comportement alimentaire et leur chronicité.
  • Le rôle des facteurs socioculturels est difficile à mettre en évidence. Plusieurs études ont montré que les pathologies alimentaires étaient plus fréquentes dans certains milieux où le corps idéalisé est au centre de l’activité professionnelle (danseurs, mannequins, sportifs de haut niveau…).
Sources
  • Haute Autorité de Santé (HAS). Anorexie mentale : prise en charge. Site internet : HAS. Saint–Denis La Plaine ; 2010 [consulté le 18 décembre 2015]
  • Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes). Les familles face à l’anorexie. Site internet : Inpes. Saint–Denis ; 2008 [consulté le 18 décembre 2015]
  • Ministère de la santé et des affaires sociales. Troubles du comportement alimentaire chez le nourrisson. Site internet : Le site santé du Ministère de la santé et des affaires sociales. Paris ; 2013 [consulté le 18 décembre 2015]
  • Ministère des sports, de la jeunesse, de l’éducation populaire et de la vie associative. Des troubles alimentaires ? Site internet : Priorité jeunesse. Paris ; 2015 [consulté le 18 décembre 2015]
  • Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) Anorexie mentale. Site internet : Inserm. Paris ; 2014 [consulté le 18 décembre 2015]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Boulimie et hyperphagie boulimique Repérage et éléments généraux de prise en charge : HAS. Saint-Denis La Plaine ; 2015 [consulté le 18 décembre 2015]
 
Suivant
Annuaire santé
Tarifs, horaires, spécialité, localisation... trouvez le médecin qui vous convient.
À TÉLÉCHARGER