Rechercher
La santé de A à Z
Par ordre alphabétique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Par partie du corps
Situations d'urgence
Situations d'urgence
L’essentiel pour réagir

Comment agir en cas d’urgence ? Quels gestes réaliser ? qui contacter ?

Offres de prevention
de l'Assurance Maladie

Pour accéder aux offres qui vous concernent, saisissez votre âge et votre sexe :

Rechercher
Sexe

 > 
Qu’est-ce que le syndrome du bébé secoué ?
Imprimer Envoyer à un ami
Syndrome du bébé secoué

Mis à jour le 19 mai 2014

Qu’est-ce que le syndrome du bébé secoué ?

Secouer un bébé est un geste violent, qui peut causer des lésions cérébrales importantes et être fatal. Chaque année, plusieurs dizaines d’enfants très jeunes sont victimes de cette maltraitance, souvent pratiquée par des adultes de leur entourage.

Le syndrome du bébé secoué désigne un traumatisme crânien non accidentel, entraînant des lésions du cerveau. Il survient lorsque l'on secoue violemment un bébé ou un jeune enfant. Le plus souvent, ce drame arrive lorsque la personne qui s'occupe de l'enfant, est exaspérée par ses pleurs. Les enfants de moins d’un an sont les plus touchés par le syndrome du bébé secoué.

Les lésions provoquées et leurs effets

Lorsqu’un bébé est secoué, des lésions cérébrales peuvent survenir même si son crâne ne reçoit aucun choc. En effet, les nourrissons et les jeunes enfants ont une tête relativement grosse et lourde par rapport à leur corps. La musculature de leur cou est faible et leur cerveau est encore en développement. Il est donc plus sensible et plus susceptible d’être blessé par une secousse.
Sous l’effet des secousses, la tête du bébé se balance rapidement d’avant en arrière et son cerveau heurte les parois de son crâne. Des vaisseaux sanguins cérébraux peuvent se rompre. D’autres blessures sont aussi possibles, à savoir :

  • un écrasement du tissu cérébral contre la boite crânienne à chaque secousse, entraînant des contusions et un œdème cérébral avec hémorragie ;
  • un phénomène de cisaillement du tissu cérébral, causant des déchirements.

Les conséquences de ces traumatismes peuvent être très graves pour l’enfant et inclure des séquelles neurologiques permanentes, ou même la mort.

À VOIR - Le syndrome des bébés secoués

Si vous n'avez pas accès à cette solution, voici la transcription textuelle du contenu de la vidéo :

Vidéo Allo docteurs présentant le syndrome du bébé secoué

"Tous droits réservés à Pulsations Multimedia-« Allodocteurs.fr »- site du portail du groupe France Télévisions spécialisé sur la thématique de la santé. "

Des blessures dues à des gestes très violents

Secouer un enfant au point de causer chez lui des lésions cérébrales est un acte très brutal, requérant une certaine force. De ce fait, le responsable du syndrome du bébé secoué est très souvent un adulte (parent, personne assurant la garde du nourrisson).

La dangerosité d’un secouement est immédiatement perceptible pour une personne qui assiste à la scène, même pour une personne non avertie.

Des activités normales (jeu, gestes de la vie quotidienne) sont inoffensives pour un nourrisson.

Les enfants  concernés par le syndrome du bébé secoué

Chaque année, 180 à 200 enfants seraient victimes, en France, de cette forme de maltraitance. Ce chiffre est certainement sous-évalué en raison :

  • d’une absence de dépistage ;
  • d’une sous-déclaration du syndrome du bébé secoué.

La méconnaissance du diagnostic de syndrome du bébé secoué expose le bébé et son entourage au risque de récidive.

Si les moins d’un an sont les plus concernés, des enfants plus âgés peuvent aussi subir des blessures graves s'ils sont secoués violemment. Aucun enfant ne doit être secoué, quels que soient son âge et la situation.

À VOIR - Qui est concerné ?

Si vous n'avez pas accès à cette solution, voici la transcription textuelle du contenu de la vidéo :

Vidéo Allo docteurs sur le syndrome du bébé secoué

"Tous droits réservés à Pulsations Multimedia-« Allodocteurs.fr »- site du portail du groupe France Télévisions spécialisé sur la thématique de la santé. "

Sources
  • Société canadienne de pédiatrie (SCP). Déclaration conjointe sur le syndrome du bébé secoué. Site internet : CSP. Ottawa ; 2005 [consulté le 15 mai 2014]
  • Haute Autorité de santé. Syndrome du bébé secoué - Recommandations de la commission d'audition. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2011 [consulté le 15 mai 2014]
  • Rebuffat E. Le syndrome du bébé secoué. Re Med Bruxelles. 2009;30(4);234-38.
 
Suivant
Annuaire santé
Tarifs, horaires, spécialité, localisation... trouvez le médecin qui vous convient.
INFO PRATIQUE

Une forme de violence passible d’emprisonnement
Sur le plan pénal, la jurisprudence considère le secouement d’un bébé comme un acte de violence volontaire. À ce titre, l’auteur d’un tel geste peut être puni d’une peine de prison allant de 3 ans à 30 ans, selon la gravité des faits et sa relation avec l’enfant. Les ascendants du bébé et les personnes ayant autorité sur lui sont plus sévèrement punies.