Rechercher
La santé de A à Z
Par ordre alphabétique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Par partie du corps
Situations d'urgence
Situations d'urgence
L’essentiel pour réagir

Comment agir en cas d’urgence ? Quels gestes réaliser ? qui contacter ?

Offres de prevention
de l'Assurance Maladie

Pour accéder aux offres qui vous concernent, saisissez votre âge et votre sexe :

Rechercher
Sexe

 > 
Que faire si votre bébé pleure beaucoup ?
Imprimer Envoyer à un ami
Syndrome du bébé secoué

Mis à jour le 26 novembre 2014

Que faire si votre bébé pleure beaucoup ?

Voici quelques pistes pour mieux décrypter les besoins de votre nourrisson, et quelques conseils s’il reste inconsolable sans raison apparente. Gardez toujours votre calme et n'hésitez pas à vous faire aider.

Sachez qu'un bébé en bonne santé peut pleurer 2 à 3 heures par jour pour diverses raisons : faim, couche humide, position inconfortable, besoin d'un câlin, ennui, fatigue, etc.

Comment calmer votre enfant ?

Assurez-vous d'abord que votre bébé n'a pas de fièvre. S'il en a prenez-la en charge.
Consulter notre dossier : La fièvre chez l'enfant

Vérifiez s'il n'a pas besoin de boire ou de manger, d'être changé, couvert davantage ou au contraire, moins couvert.

Si votre bébé n'a apparemment besoin de rien, voici quelques conseils pour vous aider à le calmer :

  • prenez-le dans vos bras ;
  • frottez-lui doucement le ventre ;
  • éteignez les lumières et maintenez le calme dans l’environnement de votre bébé. Trop de stimulations peuvent déclencher ou faire empirer ses pleurs ;
  • de la musique ou des chants doux, des sons apaisants, consolent certains bébés ;
  • de nombreux nourrissons sont aussi calmés par le mouvement. Installez votre bébé dans un porte-bébé ou une poussette et promenez-le. Vous pouvez aussi le bercer dans vos bras avec des mouvements lents et rythmés ;
  • téter aide parfois les bébés à se détendre. Vous pouvez donc donner à votre enfant une tétine ;
  • enfin, vous pouvez faire prendre à votre bébé un bain à 37 ºC.

Comment garder votre calme ?

Vous vous êtes assuré que votre bébé n’a aucun problème particulier. Pourtant, il pleure encore. Gardez votre calme et prenez conscience de vos sentiments : êtes-vous contrarié, frustré, en colère, énervé ? Êtes-vous au bout de vos forces ? Si c’est le cas, prenez quelques instants pour vous calmer et vous reposer.

Si vous n’en pouvez plus, arrêtez-vous ! Couchez votre enfant bien en sécurité sur le dos, dans son lit. Quittez la chambre pour quelques minutes et fermez la porte de la pièce.

Vous pouvez aussi essayer de trouver un moyen de vous détendre :

  • prenez des respirations longues et profondes ;
  • serrez un objet mou ;
  • écoutez de la musique douce ;
  • pleurez ;
  • prenez une douche.

Si besoin, parlez de vive voix ou par téléphone à un ami, à un membre de votre famille, à un voisin ou à une autre personne en qui vous avez confiance, pour obtenir un soutien.

Si toutefois vous avez l’impression que vous pourriez blesser votre bébé dans les instants qui viennent, appelez à l’aide le 119 (Allo enfance en danger).

À VOIR

Si vous n'avez pas accès à cette solution, voici la transcription textuelle du contenu de la vidéo :

Vidéo Bonjours docteurs présentant les comportements à adopter face aux pleurs d'un bébé.

"Tous droits réservés à Pulsations Multimedia-« Allodocteurs.fr »- site du portail du groupe France Télévisions spécialisé sur la thématique de la santé. "

Demander de l'aide et du soutien

Il n'est pas toujours facile d'être parent ou éducateur. Les pleurs constants de votre bébé peuvent vous inquiéter et vous épuiser. Vous ne dormez probablement pas beaucoup tandis que vous vous efforcez de répondre à ses besoins, à toute heure du jour et de la nuit. Vous avez peut-être d’autres charges qui vous fatiguent : travail, enfants plus grands, soucis divers…

S’appuyer sur son entourage et sur les professionnels de santé

Quelle que soit votre situation, ne restez pas seul(e) face aux pleurs de votre enfant :

  • Demandez à un ami, à un membre de votre famille ou à une autre personne de confiance de s’occuper de votre bébé pendant de courtes périodes. Vous pourrez ainsi avoir un peu de répit.
  • Si des personnes fiables vous proposent de vous aider, acceptez. Cependant, ne laissez jamais votre enfant à quelqu’un en qui vous n’avez pas confiance ou qui a des réactions violentes.
  • Si vous êtes préoccupé par votre relation avec votre bébé ou que vous vous posez des questions, parlez-en à votre pédiatre ou à votre médecin traitant. Vous pouvez aussi faire appel à des associations d’aide à la parentalité.

Quoi qu’il arrive, il ne faut pas secouer un bébé

Même si vous êtes très irrité, NE SECOUEZ JAMAIS VOTRE ENFANT.

Informez également les personnes amenées à le garder, des problèmes que peut entraîner toute secousse violente.

Enfin, si vous sentez que vous allez secouer votre nourrisson, appelez le 119 : des professionnels sont là pour vous écouter et vous aider.

LIENS UTILES

Si vous êtes jeunes parents et que vous souhaitez vous faire aider :

Sources
  • Haute Autorité de santé (HAS). Bébé secoué : une forme mal connue de maltraitance aux conséquences irréparables. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2011 [consulté le 15 mai 2014]
  • Département de traumatologie et protection de l'enfance. Pour l’amour ! Ne secouez pas votre bébé. Site internet : Hôpital de Montréal pour enfants. Montréal (Canada) ; 2013 [consulté le 15 mai 2014]
  • Société canadienne de pédiatrie (SCP). Déclaration conjointe sur le syndrome du bébé secoué. Site internet : CSP. Ottawa ; 2005 [consulté le 15 mai 2014]
Avez-vous trouvé les informations recherchées ?
Annuaire santé
Tarifs, horaires, spécialité, localisation... trouvez le médecin qui vous convient.
LE SAVIEZ-VOUS ?

En cas de malaise chez un bébé, il ne faut pas le secouer
Si votre bébé ne respire plus, le secouement ne l’aidera pas et peut être responsable de graves lésions du cerveau. Composez le 15 ou le 112 depuis un téléphone fixe ou mobile.
Respectez les consignes du Samu en attendant leur arrivée.

N° d'urgence médicale
  • Samu : 15
  • Pompiers : 18
  • Appel d'urgence européen : 112

Ces numéros sont gratuits et peuvent être appelés d'un téléphone fixe ou d'un téléphone mobile même bloqué ou sans crédit.

À TÉLÉCHARGER

La brochure de l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé

avec l enfant vivons la securite