Rechercher
La santé de A à Z
Par ordre alphabétique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Par partie du corps
Situations d'urgence
Situations d'urgence
L’essentiel pour réagir

Comment agir en cas d’urgence ? Quels gestes réaliser ? qui contacter ?

Offres de prevention
de l'Assurance Maladie

Pour accéder aux offres qui vous concernent, saisissez votre âge et votre sexe :

Rechercher
Sexe

 > 
Salpingite : définition, causes et facteurs de risque
Imprimer Envoyer à un ami
Salpingite

Mis à jour le 12 janvier 2016

Salpingite : définition, causes et facteurs de risque

La salpingite est une inflammation des trompes qui relient l’utérus aux ovairesovaires
Organe de l’appareil reproducteur féminin, produisant les ovules et secrétant les hormones sexuelles : les œstrogènes et la progestérone.
. C’est une maladie fréquente chez les femmes jeunes. Le plus souvent, elle est liée à une infection bactérienne transmise lors d’un rapport sexuel non protégé. Elle peut aussi faire suite à une intervention ou à un examen de l’utérus.

La salpingite est une inflammation des trompes de Fallopetrompes de Fallope
Tube musculaire reliant l'ovaire à l'utérus et dans lequel l'ovule, libéré par l'ovaire, est fécondé par un spermatozoïde puis transporté jusqu'à l'utérus.
de l’appareil génital féminin. Cette maladie fréquente est généralement due à une infection bactérienne et touche surtout les femmes jeunes. Elle passe inaperçue dans 50 à 70 % des cas, ce qui explique qu’elle soit fréquemment diagnostiquée lors d’un bilan pour stérilité, dont elle peut être la cause.

Consulter l’article "Salpingite : symptômes, diagnostic et évolution"

Schéma de l'appareil génital féminin

©L'Assurance Maladie 2010
©L'Assurance Maladie 2010

Les causes de la salpingite

Une transmission sexuelle le plus souvent en cause

La contamination responsable de la salpingite a lieu généralement lors d’un rapport sexuel non protégé (il s’agit alors d’une infection sexuellement transmissible ou "IST"). À partir du vagin, les microbes traversent le col de l’utérus, remontent dans l’utérus, puis arrivent jusqu’aux trompes (on parle alors d’"infection génitale haute").

Une intervention ou un examen endo-utérins (à l’intérieur de l’utérus)

L’infection est parfois liée à :

  • une interruption volontaire de grossesse (IVG), dans moins de 5 % des cas ;
  • une hystéroscopiehystéroscopie
    Examen permettant de visualiser la cavité utérine (l'intérieur de l'utérus) à l'aide d'un appareil optique appelé hystéroscope.
    ou une hystérographie (examen radiologique de l’utérus), dans moins de 0,5 % des cas ;
  • la pose d’un stérilet ;
  • un curetage utérin (intervention visant à vider l’utérus de son contenu à l’aide d’une curette).

Consulter l’article "Le stérilet ou dispositif intra-utérin (DIU)"

Une infection d’un organe proche transmise à l’appareil génital

La contamination peut survenir lors d’une appendicite ou d’une sigmoïdite (inflammation du colon sigmoïde, partie terminale du gros intestin avant le rectum).

QUESTION-RÉPONSE

Quels sont les germes à l’origine d’une salpingite ?

Dans le cas d’une IST, des bactéries sont en cause le plus souvent :

  • Chlamydiae trachomatis (60 % des cas environ) ;
  • Neisseria gonorrhoeae (ou "gonocoque"), chez 5 à 10 % des patientes touchées ;
  • des mycoplasmes (bactéries très petites comme Mycoplasma hominis et Ureaplasma urealyticum), dans 5 à 20 % des cas.

Dans les autres cas :

  • des entérobactéries vivant dans le tube digestif (dont Escherichia coli ou "E. coli"), des entérocoques, ainsi que des streptocoquesstreptocoques
    Bactérie dont il existe de nombreuses espèces et responsable de nombreuses infections : pneumonie, angine, infection cutanée....
    , des staphylocoquesstaphylocoques
    Bactérie responsable de nombreuses infections, notamment cutanées.
     ;
  • le bacille de la tuberculose ;
  • la bilharzie ou "schistosome" dans les régions tropicales et intertropicales (ver d’eau douce vivant dans ces zones) provoque aussi une infection parfois responsable d’une salpingite ("bilharziose" ou "schistosomose").

Les facteurs de risque de salpingite

Plusieurs éléments prédisposent à la survenue de la maladie :

  • le jeune âge de la femme (20 à 25 ans) ;
  • la multiplicité des partenaires sexuels (dans le cadre de rapports non protégés) ;
  • le port d’un stérilet ;
  • un antécédent d’infection sexuellement transmissible ;
  • la présence d’une urétrite (infection de l’urètreurètre
    Canal qui conduit l'urine de la vessie à l'extérieur où il s'ouvre par le méat urétral .Chez l'homme, il conduit aussi le sperme.
    ) en cours ou récente, chez le partenaire sexuel ;
  • la réalisation d’un geste endo-utérin.
Source
  • Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français (CNGOF). Infections génitales de la femme – Salpingites. Site internet : Université Numérique Francophone des Sciences de la Santé et du Sport. Paris ; 2011 [consulté le 11 mai 2015]
 
Suivant
Annuaire santé
Tarifs, horaires, spécialité, localisation... trouvez le médecin qui vous convient.