Rechercher
La santé de A à Z
Par ordre alphabétique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Par partie du corps
Situations d'urgence
Situations d'urgence
L’essentiel pour réagir

Comment agir en cas d’urgence ? Quels gestes réaliser ? qui contacter ?

Offres de prevention
de l'Assurance Maladie

Pour accéder aux offres qui vous concernent, saisissez votre âge et votre sexe :

Rechercher
Sexe

 > 
Pyélonéphrite aiguë : réduire le risque d’infection urinaire
Imprimer Envoyer à un ami
Pyélonéphrite aiguë

Mis à jour le 16 septembre 2014

Pyélonéphrite aiguë : réduire le risque d’infection urinaire

Pour éviter la survenue d’une pyélonéphrite aiguë, il faut adopter les bons gestes qui préviennent la cystite aiguë, le plus souvent à l’origine de cette maladie. Si des anomalies de l’appareil urinaire sont diagnostiquées, leur correction est également nécessaire. Les personnes à risque de pyélonéphrite aiguë doivent être particulièrement surveillées en cas de cystite aiguë.

La cystite aiguë est à l’origine de la plupart des pyélonéphrites aiguës. Ainsi, la prévention passe par quelques conseils pratiques qui permettent d’éviter cette infection urinaire.

Voici quelques conseils pratiques pour éviter les cystites : 

  • buvez beaucoup d'eau et de liquides non alcoolisés (volume au moins égal à 1,5 litre par jour) car le flux urinaire diminue la charge bactérienne ;
  • urinez dès que vous en ressentez le besoin : ne vous retenez pas ;
  • lorsque vous urinez, faites-le complètement afin d’éviter qu’il persiste un résidu d’urines dans votre vessie, propice à la multiplication d’éventuelles bactéries ;
  • ne prenez pas de douches vaginales ;
  • n'utilisez pas de produits d'hygiène intime parfumés ;
  • n'utilisez pas de bains moussants ;
  • essuyez-vous d'avant en arrière après être allé aux toilettes car, si l'urine est stérile, les selles contiennent de nombreux germes ;
  • si l'infection survient après les rapports sexuels, urinez tout de suite après chaque rapport et évitez l'usage des spermicides ;
  • luttez contre la constipation ;
  • portez des sous-vêtements en coton.

Si vous avez eu une cystite ou une pyélonéphrite aiguë et si des anomalies des voies urinaires ont  été diagnostiquées, le traitement de ces anomalies vous est proposé afin de les corriger et d’éviter les récidives infectieuses :

  • correction d’un refluxreflux
    Retour d'un liquide organique dans le sens opposé au sens physiologique.
    vésico-urétéral, (remontée de l’urine de la vessie vers les reins) ;
  • prise en charge d’un prolapsus génito urinaire ;
  • correction d’une incontinence urinaire.  

Par ailleurs, les personnes à risque (femmes enceintes, greffés rénaux, diabétiques, personnes immunodéprimées etc.) doivent être particulièrement surveillées en cas d’épisode de cystite.

Sources
  • Collège national des gynécologues et obstétriciens français. Infections urinaires de l'enfant et de l'adulte - Leucocyturie. Site internet : Campus de gynécologie et d'obstétrique de l'Université médicale virtuelle francophone. Nantes (France) ; 2010-2011 [consulté le 1 juillet 2014]
  • Tostivint I, Renard-Penna R, Roupret M, Cornu JP. Pyélonéphrite : diagnostic et traitement. Site internet : Société de néphrologie. Paris ; 2009 [consulté le 1 juillet 2014]
Avez-vous trouvé les informations recherchées ?
Annuaire santé
Tarifs, horaires, spécialité, localisation... trouvez le médecin qui vous convient.