Rechercher
La santé de A à Z
Par ordre alphabétique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Par partie du corps
Situations d'urgence
Situations d'urgence
L’essentiel pour réagir

Comment agir en cas d’urgence ? Quels gestes réaliser ? qui contacter ?

Offres de prevention
de l'Assurance Maladie

Pour accéder aux offres qui vous concernent, saisissez votre âge et votre sexe :

Rechercher
Sexe

 > 
Phimosis : définition, causes et complications possibles
Imprimer Envoyer à un ami
Phimosis

Mis à jour le 7 juin 2016

Phimosis : définition, causes et complications possibles

En cas de phimosis, on ne peut pas découvrir le gland du pénis, car la peau qui le recouvre, appelée prépuce, est trop serrée à son extrémité. Fréquent chez le bébé et le petit garçon, le phimosis disparaît généralement avant cinq ans. S’il persiste ou s’il apparaît à l’âge adulte, il peut provoquer des complications (infections, difficultés pour uriner, etc.)

Gland non décalotté et décalotté

©L'Assurance Maladie 2011
©L'Assurance Maladie 2011

Qu’est-ce que le phimosis ?

Le prépuce est un repli de peau mobile entourant le gland de la verge.

Le phimosis est un rétrécissement de l’extrémité du prépuce ou orifice préputial qui empêche de décalotter complètement et facilement le gland (le dégager en coulissant le prépuce).

Les deux formes de phimosis et leurs causes

Le phimosis du nourrisson et du très jeune garçon

C’est un phénomène normal, puisque le nouveau-né présente un prépuce long, avec un orifice souvent étroit, qui adhère au gland. Généralement, ce phimosis n'a aucune conséquence gênante et disparaît spontanément. En effet, avec la croissance du pénis et l’apparition des premières érections "réflexes" dès la petite enfance, le prépuce s’assouplit peu à peu. Le gland se décalotte et se recalotte alors facilement, le phimosis disparaît ainsi naturellement. Chez la plupart des garçons, cette évolution spontanée advient, en général, avant l'âge de cinq ans. Parfois, elle a lieu plus tardivement dans l’enfance, voire à la puberté.

Le phimosis de l’adulte

Il peut s’agir d’un phimosis existant depuis l’enfance, qui n’a jamais disparu.

Parfois, le phimosis apparaît, alors que le décalottage était aisé auparavant (on dit que le phimosis est "acquis"). Dans ce cas, c’est la peau de l’extrémité du prépuce qui s’est épaissie suite à :

  • un traumatisme (par exemple, décalottage forcé et répété du prépuce) ;
  • une maladie de la peau du prépuce (eczéma, psoriasis, lichen...)

Quelles sont les éventuelles complications d’un phimosis ?

Si le phimosis subsiste après 5-6 ans, il peut provoquer parfois :

  • des difficultés pour uriner (si le prépuce est très serré autour du gland). Cela se manifeste par exemple par un jet d’urine très fin, un gonflement du prépuce par accumulation d’urine sous la peau ;
  • une balanoposthite (infection du gland et du prépuce). Elle se traduit par une inflammation de la peau du prépuce et du gland qui sont rouges et gonflés, des sensations de brûlures en urinant et dans certains cas un écoulement de pus ;
  • un paraphimosis (étranglement du gland par l’anneau préputial rétréci). Ce phénomène arrive après une érection ou un décalottage forcé chez des personnes ayant un phimosis.
    Le recalottage est alors impossible. Il s’ensuit un étranglement et un gonflement du gland par l’anneau préputial (ou orifice préputial) avec douleur et réduction de la circulation sanguine du pénis. L’intervention rapide, voire urgente du médecin est nécessaire.

Chez l’adulte, en plus de ces complications, le phimosis peut également se manifester sous la forme de douleurs lors des érections, gênant ainsi la vie sexuelle.

Par ailleurs, l’adulte atteint d’un phimosis non traité présente un risque accru de cancer de la verge.

Sources
  • Collège français des Urologues. Pathologies génito-scrotales chez l’homme et le garçon. Site internet : Urofrance. Paris ; 2015 [consulté le 6 juin 2016]
  • Ali Ikan A, Ben Mouelli S, Fontaine E, Quenneville V, Thomas L, Beurton D. Traitement du phimosis par application locale de propionate de clobétasol 0,05 % – Étude prospective chez 108 enfants. Prog Urol. 2002;(12):1268-1271.
 
Suivant
Annuaire santé
Tarifs, horaires, spécialité, localisation... trouvez le médecin qui vous convient.
CHIFFRES CLÉS

Le décalottage complet du gland est possible chez :

- seulement 4 % des nouveau-nés ;

- 50 % des enfants de 3 ans ;

- 99 % des garçons à l’adolescence.