Rechercher
La santé de A à Z
Par ordre alphabétique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Par partie du corps
Situations d'urgence
Situations d'urgence
L’essentiel pour réagir

Comment agir en cas d’urgence ? Quels gestes réaliser ? qui contacter ?

Offres de prevention
de l'Assurance Maladie

Pour accéder aux offres qui vous concernent, saisissez votre âge et votre sexe :

Rechercher
Sexe

 > 
Les traitements contre les symptômes de la maladie de Parkinson
Imprimer Envoyer à un ami
Maladie de Parkinson

Mis à jour le 6 décembre 2016

Les traitements contre les symptômes de la maladie de Parkinson

Les traitements disponibles retardent l’évolution de la maladie de Parkinson, soulagent les symptômes, mais ne permettent pas la guérison. Les médicaments utilisés visent à remplacer la dopamine manquante dans certains neurones du cerveau. La gêne liée à la maladie est atténuée par plusieurs mesures d'accompagnement, telles que la kinésithérapie, l'orthophonie et l'ergothérapie. Dans les cas graves, une chirurgie peut être envisagée.

Objectifs du traitement de la maladie de Parkinson

Le traitement de la maladie de Parkinson vise à :

  • compenser le manque en dopamine du cerveau par la prise de médicaments ou, dans un premier temps, limiter la destruction de la dopamine encore naturellement produite par les neurones ;
  • limiter l’inconfort et la gêne liés aux difficultés du patient à effectuer des mouvements, par des mesures hygiéno-diététiques et de la kinésithérapie.

Le médecin traitant et le neurologue proposent les traitements. Ils tiennent compte de l’âge de la personne au moment de mettre en route le traitement et lors de son entrée dans la maladie, ainsi que du degré de gêne dans les gestes courants.

Des médicaments pour remplacer la déficience en dopamine de la maladie de Parkinson

Deux principales classes de médicaments sont utilisées dans la maladie de Parkinson.

La L-dopa (levodopa)

Il est impossible de donner directement de la dopamine, car elle serait détruite par l’organisme avant d’atteindre le cerveau. Cela oblige à donner de la L-dopa, au lieu de la dopamine. La L-dopa est est un précurseur de la dopamine : elle franchit la barrière des méninges et se transforme en dopamine une fois dans le cerveau.
Cependant, les effets de la L-dopa varient après plusieurs années. Le traitement ne régule plus aussi efficacement les symptômes (effets "On-Off" et dyskinésies). Pour éviter ces fluctuations, le médecin peut fractionner les doses sur toute la journée, en prescrivant trois ou quatre prises par jour au lieu d’une. Parfois, il peut aussi prescrire d’autres formes du médicament (soluble ou à libération prolongée).

On peut aussi associer la L-dopa à des molécules (carbidopa, benserazide, tolcapone, etc.), qui bloquent les enzymesenzymes
Protéines intervenant dans les réactions chimiques de l'organisme.
responsables de sa dégradation, ou de celle de la dopamine elle même.

Les agonistes dopaminergiques

Ces molécules se fixent sur les récepteurs cérébraux de la dopamine pour y produire les mêmes effets (pramipexole, ropinirole, etc.)
Ces traitements peuvent être responsables d’effets secondaires :

  • Des troubles digestifs (nausées et vomissements) peuvent survenir, surtout en début de traitement. Ils justifient la prise de médicaments à doses progressives, par paliers.
  • Un changement de comportement (troubles du sommeil, état d’agitation, délires, hallucinations, addiction aux jeux d’argent, achats compulsifs, exacerbation sexuelle). Si vous ou votre entourage constatez ce type d’effets secondaires, il est important de consulter rapidement votre médecin traitant pour ajuster le traitement.

Les traitements d'accompagnement de la maladie de Parkinson

D’autres mesures permettent également d’améliorer la prise en charge de la maladie et la qualité de vie :

  • La kinésithérapie est essentielle pour entretenir les muscles et les articulations. Elle facilite ainsi le maintien de la marche, de l’équilibre et la prévention des chutes.
  • La rééducation orthophonique permet de prévenir ou corriger les troubles de la déglutition, les difficultés à parler, la diminution de l'expression faciale et la gêne à l'écriture.
  • L’ergothérapie facilite les activités de la vie quotidienne et domestique. Elle intervient notamment dans les aménagements utiles au logement. Elle a pour but de préserver l’autonomie de la personne atteinte par la maladie de Parkinson.

La stimulation cérébrale profonde dans la maladie de Parkinson

La chirurgie peut s’avérer utile dans les cas les plus graves, lorsque la qualité de vie est altérée du fait du mauvais contrôle moteur par les médicaments. La neurochirurgie stéréotaxique consiste à stimuler des régions du cerveau impliquées dans le mouvement. Elle nécessite l’implantation d’électrodes dans une zone du cerveau profond. Ces électrodes sont reliées à un boitier de stimulation implanté sous la peau dans la région de la poitrine ou de l'abdomenabdomen
Partie inférieure du tronc séparée du thorax par le diaphragme et limitée en bas par le bassin.
.

À VOIR - Les traitements non médicamenteux de la maladie de Parkinson

Si vous n'avez pas accès à cette solution, voici la transcription textuelle du contenu de la vidéo :

Vidéos de "Allo docteur" concernant les traitements non médicamenteux de l maladie deParkinson.

Tous droits réservés à Pulsions Multimédia "Allo docteur" site du portail du groupe France Télévisions spécialisé sur la thématique de la santé.

Sources
  • Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM). Maladie de Parkinson. Site internet : INSERM. Paris ; 2015 [consulté le 30 mars 2016]
  • Agence nationale d'accréditation et d'évaluation en santé, Fédération française de neurologie. Conférence de consensus. La maladie de Parkinson : critères diagnostiques et thérapeutiques. Site internet : Haute Autorité de santé. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2000 [consulté le 30 mars 2016]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Actes et prestations. Maladie de Parkinson. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2013 [consulté le 30 mars 2016]
  • Collège des enseignants en neurologie (CEN). Maladie de Parkinson. Site internet : CEN. Paris [consulté le 30 mars 2016]
Avez-vous trouvé les informations recherchées ?
Annuaire santé
Tarifs, horaires, spécialité, localisation... trouvez le médecin qui vous convient.
LIEN UTILE

Pour en savoir plus sur les effets indésirables des médicaments, consulter l'article : La iatrogénie médicamenteuse".

À TÉLÉCHARGER
Brochure éditée par l'Ansm
Brochure éditée par l'Ansm