Rechercher
La santé de A à Z
Par ordre alphabétique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Par partie du corps
Situations d'urgence
Situations d'urgence
L’essentiel pour réagir

Comment agir en cas d’urgence ? Quels gestes réaliser ? qui contacter ?

Offres de prevention
de l'Assurance Maladie

Pour accéder aux offres qui vous concernent, saisissez votre âge et votre sexe :

Rechercher
Sexe

 > 
Mal des transports : définition, symptômes et causes
Imprimer Envoyer à un ami
Mal des transports

Mis à jour le 6 juin 2016

Mal des transports : définition, symptômes et causes

Le mal des transports se caractérise par une série de troubles (nausées, vertiges, etc.) apparaissant par exemple lors d’un voyage en bateau, en avion ou en voiture. Cette affection est due au contraste entre le mouvement enregistré par les yeux, et l’immobilité du corps perçue par l’oreille interne. Elle touche le plus souvent les femmes et les enfants.

Le mal des transports (ou cinétose) correspond à un ensemble de troubles qui surviennent lors d’un déplacement à bord d’un véhicule (voiture mais aussi bateau, avion, etc.) Le plus souvent, cette affection est sans gravité.

Quels sont les symptômes ressentis dans le mal des transports ?

Le mal des transports donne lieu à différentes manifestations, dont l’intensité varie d’une personne à l’autre.

Au début d’un épisode

Dans un premier temps, les troubles ressentis peuvent être :

  • une sensation d’inconfort dans la partie haute du ventre (signe fréquent) ;
  • des nausées ;
  • chez le jeune enfant, un dégoût des aliments, des pleurs, une agitation et/ou des bâillements.

Dans un deuxième temps

D’autres symptômes peuvent survenir :

En général, ces signes disparaissent à l’arrêt, quelques minutes après la sortie du véhicule.
Ils s’atténuent :

  • avec la répétition des voyages ;
  • au bout de deux à trois jours, en cas de déplacement prolongé.

Pourquoi est-t-on malade en voiture ou dans un autre moyen de transport ?

Le mal des transports est dû à une réponse inadaptée du cerveau, liée à une opposition entre les informations fournies par les yeux et celles données par le vestibule (organe de l’équilibre situé dans l’oreille interne). Par exemple :

  • Les données transmises par les yeux
    Ceux-ci perçoivent un mouvement (ex. : ils voient les virages dans lesquels la voiture s’engage).
  • Les renseignements envoyés par le vestibule (organe de l’équilibre situé dans l’oreille interne)
    Celui-ci enregistre une impression contraire à celle communiquée par la vue (ex. : en voiture, il estime que le corps ne bouge pas). De ce fait, il ne peut pas donner au cerveau des informations exactes sur la position du corps. Cela empêche l’organisme de s’adapter au mouvement, comme il le fait d’habitude lors d’un déplacement.

Quels sont les modes de transport concernés ?

C’est le bateau qui provoque le plus souvent cette affection ("mal de mer"), devant l’avion ("mal de l’air"), la voiture, le car et le train.

Dans tous les cas, le mal des transports est d’autant plus fréquent que le mouvement du véhicule est important (virages successifs en voiture, turbulences aériennes, vagues etc.) Par exemple, lors d’un trajet en bateau sur une mer démontée, l’ensemble des voyageurs peut être concerné. Certains enfants sont aussi touchés sur les manèges.

LE SAVIEZ-VOUS ?

Certaines activités causent des symptômes proches du mal des transports

En effet, il existe d’autres situations provoquant un contraste entre les différentes données transmises au cerveau, par exemple :

  • la pratique de jeux vidéo mettant en scène des courses de voitures ;
  • le retour à terre après un voyage en bateau, qui avait habitué le corps au mouvement des vagues (on parle alors d’un "mal de terre", qui peut durer plusieurs jours).

Qui est sujet au mal des transports ?

Rare chez les nourrissons, il devient courant chez les enfants de 2 à 12 ans, puis moins fréquent à l’adolescence.
Certains adultes sont aussi touchés. Il s’agit le plus souvent de femmes, en particulier durant les règles (surtout si elles sont douloureuses) ou la grossesse.
Par ailleurs, des antécédents de migraine représentent un facteur favorisant.

Sources
  • National Health Service. Motion sickness. Site internet : NHS Choices. Londres ; 2014 [consulté le 31 mai 2016]
  • Centers for Disease Control and Prevention. Travelers’ Health – Motion Sickness. Site internet : Centers for Disease Control and Prevention. Atlanta (USA) ; 2015 [consulté le31 mai 2016]
  • Ward B, Birk H, Bodie-Collins M, Davies HO, Favreau MH, Gamble K et al. Déclaration sur le mal des transports. Canada Communicable Disease Report. 2003;(29) [consulté le 31 mai 2016]
  • Healthy Children. Car sickness. Site internet : Healthy Children. Elk Grove Village (USA) ; 2015 [consulté le 31 mai 2016]
  • Haut Conseil de la santé publique. Recommandations sanitaires pour les voyageurs, 2016. Bull Epidemiol Hebd. Hors série du 31 mai 2016;47 [consulté le 6 juin 2016]
 
Suivant
Annuaire santé
Tarifs, horaires, spécialité, localisation... trouvez le médecin qui vous convient.