Rechercher
La santé de A à Z
Par ordre alphabétique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Par partie du corps
Situations d'urgence
Situations d'urgence
L’essentiel pour réagir

Comment agir en cas d’urgence ? Quels gestes réaliser ? qui contacter ?

Offres de prevention
de l'Assurance Maladie

Pour accéder aux offres qui vous concernent, saisissez votre âge et votre sexe :

Rechercher
Sexe

 > 
 > 
Quel est le coût d’une IVG ?
Imprimer Envoyer à un ami
IVG

Mis à jour le 29 août 2016

Quel est le coût d’une IVG ?

Le prix d’une IVG dépend de la méthode utilisée (médicamenteuse ou chirurgicale) et du lieu où celle-ci est réalisée (établissement hospitalier public ou privé, cabinet médical). Les dépenses occasionnées et incluses dans le forfait de soins sont prises en charge en totalité par l’Assurance Maladie.

L'IVG médicamenteuse

Le forfait de remboursement de l'IVG médicamenteuse varie selon le lieu de sa réalisation en cabinet de ville ou en établissement.

L’IVG médicamenteuse réalisée en cabinet de ville est prise en charge à 100 % et le forfait de remboursement est de 187,92 €. Il inclut :

  • la seconde consultation préalable (au cours de laquelle la femme enceinte donne son consentement) ;
  • les deux consultations de délivrance des médicaments ;
  • le prix de ces médicaments ;
  • la consultation de contrôle.

Les autres actes (première consultation préalable, analyses de biologie médicale, éventuelles échographies) ne sont pas inclus dans le forfait remboursé à 100%. Ils sont néanmoins remboursés selon les règles habituelles de prise en charge.

Pour l’IVG médicamenteuse réalisée en établissement, le forfait est de 257,91 € et inclut :

  • les analyses de laboratoire préalables à l'IVG ;
  • les 2 consultations de remise des médicaments ;
  • la consultation de contrôle (vérification de l'interruption de grossesse, par analyse de biologie ou par échographie) ;
  • les médicaments administrés.

Il ne comprend pas les 2 consultations préalables à l'IVG.

L'IVG chirurgicale

Le forfait varie de 437,03 à 644,71 euros environ, selon l’établissement hospitalier (public ou privé), la durée de l’hospitalisation et le type d’anesthésie (locale ou générale).

Il comprend les analyses préalables à l'IVG, l'anesthésie locale ou générale, l'acte d'IVG et la surveillance, l'accueil et l'hébergement.
Il ne comprend pas les 2 consultations médicales préalables et la consultation médicale de contrôle, facturables en sus et prises en charge dans les conditions habituelles.
En revanche, le forfait journalier n'est pas facturé à la patiente.

Pour en savoir plus, consulter l'article sur l'interruption volontaire de grossesse. 

INFO PRATIQUE

En médecine de ville, une femme majeure doit normalement avancer les frais d’IVG. Elle se fait ensuite rembourser par la Sécurité sociale et éventuellement, par sa complémentaire santé. Dans ces conditions, son anonymat ne peut pas être garanti. Toutefois, la confidentialité de l’IVG est préservée vis-à-vis de son entourage. La feuille de soins de la patiente, ainsi que le décompte de remboursement transmis par la caisse de Sécurité Sociale, sont en effet aménagés pour ne rien laisser transparaître.
Dès la première consultation préalable, puis lors de la suivante, le professionnel de santé doit informer la patiente de cette absence d'anonymat. Si cette dernière exige l’anonymat complet, il doit alors l'orienter vers un établissement de santé susceptible de pratiquer l'IVG médicamenteuse dans les délais requis.

Les forfaits IVG remboursés en totalité

Depuis le 31 mars 2013, les forfaits concernant l'IVG chirurgicale, réalisée en établissement de santé et concernant l’IVG médicamenteuse, pratiquée en médecine de ville ou dans un établissement, sont pris en charge par l’Assurance Maladie à hauteur de 100 %.

Cas particuliers

L'IVG, dans certaines situations, peut être réalisée avec dispense d’avance des frais. C’est le cas pour :

  • les personnes qui relèvent de la Couverture Maladie Universelle complémentaire (CMU complémentaire) ;
  • les jeunes filles mineures non émancipées sans consentement parental ;
  • les femmes bénéficiant de l’aide médicale de l’État : l’AME ;
  • les IVG réalisées en établissement de santé.
Sources
  • Caisse nationale de l'assurance maladie des travailleurs salariés. Le parcours de soins coordonnés. Site internet : ameli.fr. Paris ; 2014 [consulté le 20 juin 2014]
  • Caisse nationale de l'assurance maladie des travailleurs salariés. Interrption volontaire de grossesse. Site internet : ameli.fr. Paris ; 2014 [consulté le 20 juin 2014]
  • Ministère des affaires sociales et de la santé. Interruption volontaire de grossesse (IVG). Site internet : IVG.gouv.fr. Paris ; 2010 [consulté le 19juin 2014]
  • Le ministre de l'économie, de l'industrie et de l'emploi, le ministre du budget, des comptes publics, de la fonction publique et de la réforme de l'État et le ministre de la santé et des sports. Arrêté du 4 août 2009 modifiant l’arrêté du 23 juillet 2004 relatif aux forfaits afférents à l’interruption volontaire de grossesse. Journal officiel de la République Française. 2009;30:13785.
  • Le Premier ministre. Décret  n°2013-248 du 25 mars 2013 supprimant la participation de l’assuré pour les frais liés à une interruption volontaire de grossesse et à l'acquisition de contraceptifs par les mineurs. Jounal officiel de la République Française. 2013;14:5133.
Annuaire santé
Tarifs, horaires, spécialité, localisation... trouvez le médecin qui vous convient.
INFO PRATIQUE

L’IVG fait partie des exceptions au parcours de soins coordonnés, c’est-à-dire qu’il est possible, pour la patiente, de consulter un médecin autre que son médecin traitant.
Par ailleurs, l’accès à un gynécologue est libre : inutile donc d’aller voir son médecin traitant avant une consultation.

Consulter l'article : le parcours de soins coordonnés