Rechercher
La santé de A à Z
Par ordre alphabétique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Par partie du corps
Situations d'urgence
Situations d'urgence
L’essentiel pour réagir

Comment agir en cas d’urgence ? Quels gestes réaliser ? qui contacter ?

Offres de prevention
de l'Assurance Maladie

Pour accéder aux offres qui vous concernent, saisissez votre âge et votre sexe :

Rechercher
Sexe

 > 
Intolérance au gluten : un traitement basé sur un régime alimentaire strict
Imprimer Envoyer à un ami
Intolérance au gluten

Mis à jour le 28 juillet 2016

Intolérance au gluten : un traitement basé sur un régime alimentaire strict

Pour traiter la maladie cœliaque, une alimentation sans gluten reste incontournable. Avec l’aide éventuelle d’un diététicien, il est important d’apprendre à reconnaître les aliments consommables et ceux à proscrire.

Le seul traitement efficace de la maladie cœliaque repose sur l’adoption d’un régime sans gluten. Cette mesure diététique reste sans effet secondaire et empêche l’apparition de complications.

Toutefois, ce régime alimentaire peut être ressenti comme contraignant car :

  • il doit être poursuivi à vie ;
  • le gluten est présent dans de nombreux aliments.

En particulier, l’adolescence est parfois une période délicate pour les enfants atteints qui peuvent rencontrer des difficultés à respecter les mesures prescrites.

Pour ces différentes raisons, en cas d’intolérance au gluten, il est conseillé de consulter un diététicien (spécialiste de la nutrition). Ce professionnel de santé vous informera sur les règles à observer pour votre alimentation.

Quels sont les principaux aliments à proscrire en cas de maladie cœliaque ?

Il faut exclure tous les produits contenant :

  • une variété de blé (blé dur, épeautre, kamut) ;
  • de l'orge ;
  • du seigle ;
  • un hybride de ces céréales (par exemple, le triticale, issu du croisement entre le blé et le seigle).

Il ne faut donc pas consommer :

  • du pain, des viennoiseries (brioches, bagels, croissants, etc.) et des pâtisseries (gâteaux, tartes) ;
  • des pâtes alimentaires (spaghetti, macaroni, etc.) ;
  • des biscuits (salés ou sucrés) ;
  • la plupart des céréales pour petit-déjeuner et pour nourrissons ;
  • tous les aliments panés, enfarinés ou enrobés de pâte à frire ;
  • les pains de viande et de poisson contenant de la farine ou de la chapelure ;
  • les soupes (notamment en conserve ou en sachet), desserts et sauces liés avec de la farine de blé (béchamel ; "roux" ; crème pâtissière, anglaise ou de champignons ; sauces soja et tamari ; etc.) ;
  • toutes les bières ;
  • du seitan (aliment végétarien, très riche en gluten).

Il est important de savoir que le gluten se dissimule très souvent dans :

  • la charcuterie ;
  • le sucre glace ;
  • les poivres moulus, mélanges d’épices et assaisonnements (ex. : poudre d'ail) ;
  • les médicaments.

Pour éviter le gluten, il faut donc apprendre à décrypter les étiquettes alimentaires indiquant la présence (certaine ou possible) de gluten. Pensez à vous informer sur ce sujet, auprès de votre médecin ou diététicien.

Consulter l’article "Intolérance au gluten : suivi médical et vie quotidienne"

LE SAVIEZ-VOUS ?

Les produits sans gluten font l’objet d’une réglementation stricte

Depuis 2009, le règlement européen n° 41/2009 fixe la composition et l’étiquetage des denrées alimentaires convenant aux intolérants au gluten. Ainsi :

  • la mention "sans gluten" correspond à un aliment contenant moins de 20 mg de gluten/kg de produit fini ;
  • l’indication "très faible teneur en gluten" figure sur des produits fabriqués avec des dérivés de céréales (en général, un amidon de blé sélectionné). Leur teneur maximale en gluten se situe entre 21 et 100 mg/kg de produit fini. Néanmoins, leur consommation est déconseillée en cas de maladie cœliaque.

Par quoi remplacer les céréales interdites (blé, orge, seigle) en cas de maladie cœliaque ?

L'avoine pure est consommable pour plus de 95 % des patients intolérants au gluten. Toutefois, par mesure de précaution, il est important de ne manger que des produits à base d’avoine destinés aux personnes atteintes de maladie cœliaque. En effet, ils sont produits, préparés et/ou traités pour éviter toute contamination de l’avoine par une autre céréale, et leur teneur en gluten est inférieure à 20 mg/kg.

Pour remplacer les produits contenant du gluten, utilisez le riz, le maïs, le sarrasin, les pommes de terre ... Demandez conseil à une diététicienne.

Le traitement des éventuelles carences liées à la maladie cœliaque

Si aucun médicament n’est utile pour traiter une intolérance au gluten, il est parfois nécessaire, juste après le diagnostic :

  • de corriger des carences alimentaires, par exemple en fer ou en vitamine D (notamment pour prévenir l’ostéoporose) ;
  • d’envisager une hospitalisation en cas de malnutrition importante, pour mettre en place une réalimentation rapide (situation concernant surtout les patients diagnostiqués tardivement).
INFO PRATIQUE

L'Assurance Maladie rembourse à 60 % les aliments diététiques sans gluten, pour les patients atteints d’une maladie cœliaque confirmée par biopsie digestive. Cette prise en charge prend la forme d’un forfait mensuel, de montant plus élevé à partir de l’âge de 10 ans.
Pour en savoir plus, vous pouvez consulter le site ameli.fr

Sources
  • NHS Choices. Coeliac disease. Site internet : NHS. Londres ; 2014 [consulté le 27 juillet 2016]
  • Commission européenne. Règlement (CE) n° 41/2009 de la commission du 20 janvier 2009 relatif aux exigences applicables à la fourniture d'informations aux consommateurs concernant l'absence ou la présence réduite de gluten dans les denrées alimentaires. Site internet : eur-lex.europa.eu. Bruxelles ; 2014 [consulté le 28 juillet 2016]
  • Commission européenne. Règlement (CE) n° 828/2014 de la commission du 30 juillet 2014 relatif à la composition et à l'étiquetage ders denrées alimentaires convenant aux personnes souffrant d'une intolérance au gluten. Site internet : eur-lex.europa.eu. Bruxelles ; 2014 [consulté le 28 juillet 2016]
  • World Gastroenterology Organisation (WGO). Pratice Guidelines : Maladie cœliaque. Site internet : worldgastroenterology.org. Milwaukee (États-Unis) ; 2008 [consulté le 27 juillet 2016]
  • Société suisse de Gastroentérologie, Hépatologie et Nutrition pédiatriques (SSGHNP). Mise à jour des recommandations pour le diagnostic de la maladie cœliaque (ESPGHAN 2012). Site internet : swiss-paediatrics.org. Lausanne (Suisse) ; 2013 [consulté le 27 juillet 2016]
  • Malamut G, Cellier C. Maladie cœliaque. EMC - Gastro-entérologie 2015;10(3):1-7 [Article 9-053-A-20].
Avez-vous trouvé les informations recherchées ?
Annuaire santé
Tarifs, horaires, spécialité, localisation... trouvez le médecin qui vous convient.