Rechercher
La santé de A à Z
Par ordre alphabétique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Par partie du corps
Situations d'urgence
Situations d'urgence
L’essentiel pour réagir

Comment agir en cas d’urgence ? Quels gestes réaliser ? qui contacter ?

Offres de prevention
de l'Assurance Maladie

Pour accéder aux offres qui vous concernent, saisissez votre âge et votre sexe :

Rechercher
Sexe

 > 
Intolérance au gluten : définition, causes et facteurs favorisants
Imprimer Envoyer à un ami
Intolérance au gluten

Mis à jour le 20 novembre 2014

Intolérance au gluten : définition, causes et facteurs favorisants

Le gluten, substance contenue dans certains produits céréaliers, est parfois mal toléré par l’organisme. Les personnes intolérantes présentent alors une réaction immunitaire après avoir mangé des aliments contenant du gluten. Il en résulte une maladie intestinale chronique appelée maladie cœliaque.

L’intolérance au gluten est une affection chronique inflammatoire de l’intestin grêle. On l’appelle également "maladie cœliaque" (MC). Elle se déclare après l’absorption d’aliments contenant du gluten, chez des personnes supportant mal cette substance.

Le système immunitairesystème immunitaire
Système de défense de l'organisme contre les maladies
de ces patients réagit à la présence d’une protéine du gluten (la gliadine), en produisant divers anticorps. À terme, cela cause des lésions de la paroi intérieure de l'intestin, avec deux conséquences :

  • la digestion s’altère ;
  • l’organisme assimile moins bien la majorité des nutrimentsnutriments
    Éléments constituants des aliments. On distingue les macronutriments, regroupant les glucides, les lipides (ou graisses), et les protéines, et les micronutriments, qui regroupent les vitamines, les minéraux et les oligoéléments.
    (protéines, graisses, etc.), minéraux et vitamines (fer, calcium, vitamine D, vitamine B9 ou "acide folique", etc.)

Maladie fréquente, l’intolérance au gluten peut donner lieu à des symptômes mineurs ou peu caractéristiques. Aussi, elle passe souvent inaperçue : chez les adultes, elle est diagnostiquée en moyenne plus de dix ans après l’apparition des premiers signes. Pour les mêmes raisons, il est difficile d’estimer le nombre de personnes atteintes dans le monde.

Consulter l’article "Les symptômes, le diagnostic et l’évolution de l’intolérance au gluten"

LE SAVIEZ-VOUS ?

Le gluten entre dans la composition de nombreuses céréales

Cette substance, participant notamment à la fermentation du pain, est présente dans :

  • les différentes espèces de blé (blé dur, épeautre, kamut) ;
  • l'orge ;
  • les hybrides de ces variétés (par exemple, le triticale, issu du croisement du blé et du seigle).

Contrairement aux symptômes allergiques qui surviennent immédiatement après l’ingestion d’un aliment mal toléré, les intolérances au gluten et au lactose apparaissent de manière progressive et s’installent dans la durée.

À quoi est due la maladie cœliaque ?

Sa cause exacte reste inconnue, mais elle serait surtout d'origine immunitaire, avec une prédisposition génétique. En effet, 95 % des patients intolérants au gluten sont porteurs d’un ou deux gènes spécifiques (HLA-DQ2 et/ou HLA-DQ8). De plus, la famille rapprochée de ces personnes développe plus souvent la maladie (10 % de risque chez les parents au premier degré, à savoir le père, la mère et les enfants éventuels).

Sachez cependant que 20 % des individus possèdent les gènes concernés sans présenter d’intolérance au gluten.

D'autres part, certains facteurs favorisent le déclenchement de cette pathologie, tels que :

  • une trisomie 21trisomie 21
    La trisomie 21, appelé aussi syndrome de Down, est un état pathologique caractérisé par la présence d'un chromosome surnuméraire sur la 21ème paire de chromosomes.
    ou d’autres anomalies chromosomiques ;
  • une maladie auto-immunemaladie auto-immune
    Maladie au cours de laquelle l’organisme produit des anticorps dirigés contre ses propres constituants.
    de la thyroïde (glande sécrétant des hormones) ;
  • une hépatite dite "chronique active" (provoquant une fibrosefibrose
    Transformation fibreuse d'un tissu.
    des tissus du foie) ;
  • un diabète de type 1 ;
  • une colite (inflammation du colon).
Sources
  • Association française de Formation médicale continue en Hépato-gastro-entérologie. Maladie cœliaque : de l’enfance à l’âge adulte. Site internet : fmcgastro.org. Paris ; 2013 [consulté le 5 mai 2014]
  • World Gastroenterology Organisation (WGO). Pratice Guidelines : Maladie cœliaque. Site internet : worldgastroenterology.org. Milwaukee (États-Unis) ; 2008 [consulté le 5 mai 2014]
  • Société suisse de Gastroentérologie, Hépatologie et Nutrition pédiatriques (SSGHNP). Mise à jour des recommandations pour le diagnostic de la maladie cœliaque (ESPGHAN 2012). Site internet : swiss-paediatrics.org. Lausanne (Suisse) ; 2013 [consulté le 5 mai 2014]
 
Suivant
Annuaire santé
Tarifs, horaires, spécialité, localisation... trouvez le médecin qui vous convient.
CHIFFRES CLÉS

En Europe, aux États-Unis, en Afrique du Nord, au Moyen-Orient et en Inde, la maladie cœliaque toucherait 0,7 à 2 % de la population. En revanche, cette affection est quasiment inconnue en Asie du Sud-Est et en Afrique subsaharienne.