Rechercher
La santé de A à Z
Par ordre alphabétique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Par partie du corps
Situations d'urgence
Situations d'urgence
L’essentiel pour réagir

Comment agir en cas d’urgence ? Quels gestes réaliser ? qui contacter ?

Offres de prevention
de l'Assurance Maladie

Pour accéder aux offres qui vous concernent, saisissez votre âge et votre sexe :

Rechercher
Sexe

 > 
Le traitement de l'insuffisance cardiaque
Imprimer Envoyer à un ami
Insuffisance cardiaque

Mis à jour le 6 décembre 2016

Le traitement de l'insuffisance cardiaque

L’insuffisance cardiaque nécessite un traitement ininterrompu comportant une adaptation de l’hygiène de vie à la maladie et un traitement médicamenteux. Lorsque ce traitement est insuffisant, l’équipe médicale spécialisée peut avoir recours à la pose d’un dispositif implantable. En cas de décompensation cardiaque, l’hospitalisation est nécessaire.

Le traitement de l’insuffisance cardiaque a pour but :

  • d’améliorer la qualité de vie en diminuant les symptômes (essoufflement, fatigue, œdèmes, etc.) et en permettant d’accomplir les activités de la vie quotidienne ;
  • de prévenir les épisodes de décompensation et de réduire le nombre et la durée des hospitalisations ;
  • de ralentir la progression de la maladie pour que l’insuffisance cardiaque soit la plus modérée possible ;

Il comporte toujours de nouvelles habitudes de vie (alimentaires et d’activité physique) et un traitement médicamenteux.

Une hygiène de vie adaptée

L'insuffisance cardiaque est une maladie chronique qui ne peut être guérie définitivement. Toutefois, elle peut être stabilisée grâce à une hygiène de vie adaptée et à la prise régulière des médicaments.
L'hygiène de vie est primordiale : elle complète l'action des médicaments pour diminuer les symptômes et elle évite l'aggravation de l'insuffisance cardiaque et le risque d'hospitalisation.

Agir sur ses habitudes alimentaires

  • Diminuer le sel

    Une alimentation salée est un facteur d'aggravation de l'insuffisance cardiaque. La consommation de sel ne doit pas excéder quatre à six grammes par jour, parfois moins en fonction de l'avis du médecin traitant.

    Il est important de suivre quelques règles simples pour agir au quotidien :
    • limiter le sel dans l'eau de cuisson ;
    • éviter de resaler les aliments dans son assiette (astuce : supprimer la salière de la table) ;
    • utiliser le plus possible les produits frais ou congelés non préparés ;
    • ajouter des herbes aromatiques, des épices, du jus de citron, de l'oignon, de l'échalote ou de l'ail pour rehausser le goût des aliments ;
    • apprendre à connaître les aliments riches en sel pour les éviter ;
    • choisir une eau minérale à faible teneur en sodium (les eaux gazeuses sont souvent plus salées) ;
    • éviter les médicaments effervescents délivrés sans ordonnance qui contiennent beaucoup de sel.
INFO PRATIQUE

Sur les étiquettes d'emballage, il, est utile de rechercher la quantité de sel aussi appelé « chlorure de sodium » ou « sodium ».
1 gramme de sodium correspond à 2,5 g de sel.
La teneur en sel est exprimée pour 100 g de produit.
La quantité de sel absorbée dépend de la quantité d'aliments consommée.
Par exemple, un produit contient 1,5 g de sel pour 100 g ; pour 300 g de ce produit, 4,5 g de sel sont ingérés.

  • Limiter la quantité de liquide

    Les apports en liquide (eau, café, thé, jus de fruits, lait, soupe...) conseillés sont de 1 à 2 litres par jour.
    En cas d'aggravation de l'insuffisance cardiaque (avec des œdèmes, un essoufflement) ou en cas d'hyponatrémiehyponatrémie
    Taux anormalement bas de sodium (composant du sel) dans le sang.
    , le médecin demande à son patient de réduire encore cette consommation de liquide.
  • Modérer sa consommation d'alcool

    Il est conseillé de limiter sa consommation d'alcool à moins de trois verres de vin pour un homme et à deux verres pour une femme.
    Consulter le dossier : Alcool et santé
Tous ces verres contiennent la même quantité d’alcool. Ils correspondent à un verre de boisson alcoolisée. (Source : Institut national de prévention et d’éducation pour la santé) - ©cnamts 2010
Tous ces verres contiennent la même quantité d’alcool. Ils correspondent à un verre de boisson alcoolisée. (Source : Institut national de prévention et d’éducation pour la santé)
©cnamts 2010

Agir sur son activité physique

Lorsque l'insuffisance cardiaque est stable, il est recommandé de pratiquer une activité physique modérée comme la marche.
L'exercice physique contribue à renforcer le cœur pour qu'il travaille plus efficacement. Il permet d'augmenter le bien-être et l'autonomie.
Un exercice adapté ne doit pas déclencher d'essoufflement, de palpitations ou de fatigue.
Avant de débuter une activité physique, le patient doit en parler à son médecin. Il vérifie qu'il ne présente pas de contre-indications à l'exercice physique et lui conseille le type d'activité le plus adapté à son état.
Consulter l'article : Être actif pour préserver sa santé et se sentir mieux

Agir sur les autres facteurs de risque cardiovasculaire

L'arrêt du tabac est essentiel
Un traitement de substitution à la nicotine peut être proposé sous forme de timbres, de gommes à mâcher ou de comprimés à faire fondre sous la langue. Si les dosages sont adaptés, ces substituts comblent le manque de nicotine : les effets désagréables liés à l'arrêt du tabac (irritabilité, difficultés de concentration, humeur dépressive, troubles du sommeil ou de l'appétit, etc.) disparaissent ou diminuent.
Consulter l'article : Les astuces pour arrêter de fumer et le sevrage du tabac

D'autres modifications du mode de vie
Elles peuvent être nécessaires pour limiter les facteurs de risque cardiovasculaire associés ou pour participer à la prise en charge de la maladie coronarienne qui peut être à l'origine de l'insuffisance cardiaque : régime alimentaire équilibré pauvre en graisse....

Le traitement médicamenteux de l'insuffisance cardiaque

Différentes classes de médicaments peuvent être associées en cas d'insuffisance cardiaque.
Le traitement doit être adapté au cours du temps et en fonction de l'évolution de votre maladie et des symptômes. Les médicaments prescrits sont à prendre régulièrement, tout au long de la vie.

Les trois classes de médicaments les plus souvent utilisées :

  • les diurétiquesdiurétiques
    Qui augmente la quantité d'urine produite par les reins.
     :
    ces médicaments réduisent la quantité de liquide dans l'organisme et soulagent ainsi le cœur ; ils agissent en augmentant l'élimination rénale et donc le volume des urines ;
  • les inhibiteurs de l'enzyme de conversioninhibiteurs de l'enzyme de conversion
    Médicaments utilisés dans le traitement de l'hypertension artérielle et de certaines maladies cardiaques.
     :
    ils dilatent les vaisseaux, ce qui fait baisser la tension artérielle et diminue le travail du cœur. Ils facilitent la vidange du cœur ;
  • les bêta-bloquantsbêta-bloquants
    Médicaments qui ralentissent la fréquence cardiaque et limitent l'intensité de la pression que le sang exerce sur la paroi des artères.
     :
    ils facilitent le travail du cœur en le ralentissant et en diminuant ses besoins en oxygène.

Les autres médicaments parfois nécessaires pour l'insuffisance cardiaque :

  • la spironolactone : la spironolactone est prescrite lorsque les symptômes persistent sous traitement. C'est un diurétiquediurétique
    Qui augmente la quantité d'urine produite par les reins.
    particulier qui contribue à diminuer la tension artérielle et l'excès d'eau dans l'organisme ;
  • les antagonistes des récepteurs à l'angiotensine 2 (sartans) : ils sont prescrits en cas d'intolérance aux inhibiteurs de l'enzyme de conversioninhibiteurs de l'enzyme de conversion
    Médicaments utilisés dans le traitement de l'hypertension artérielle et de certaines maladies cardiaques.
    . Ces médicaments diminuent le travail du cœur en réduisant la tension artérielle ;
  • les digitaliques : ils permettent de ralentir les battements du cœur.

Dans tous les cas, le traitement de l'insuffisance cardiaque comprend la prise en charge de la maladie cardiaque à l'origine de l'insuffisance cardiaque et des facteurs de risque cardiovasculaire associés.
Consulter le dossier : Les facteurs de risque cardiovasculaire

Les dispositifs implantables

Chez certains patients pour lesquels l’insuffisance cardiaque est importante avec retard entre la contraction du ventriculeventricule
Cavités cardiaques qui reçoivent le sang venant des oreillettes et le propulsent dans les organes par l'aorte et dans les poumons par l'artère pulmonaire.
droit et celle du ventriculeventricule
Cavités cardiaques qui reçoivent le sang venant des oreillettes et le propulsent dans les organes par l'aorte et dans les poumons par l'artère pulmonaire.
gauche et réagissant insuffisamment au traitement médicamenteux, l’équipe médicale spécialisée peut proposer une stimulation biventriculaire. L'appareil comporte trois électrodes fixées au muscle cardiaque (oreilletteoreillette
Cavités cardiaques qui reçoivent le sang veineux provenant du corps et des poumons et le propulsent dans les ventricules.
droite, ventriculeventricule
Cavités cardiaques qui reçoivent le sang venant des oreillettes et le propulsent dans les organes par l'aorte et dans les poumons par l'artère pulmonaire.
droit, ventriculeventricule
Cavités cardiaques qui reçoivent le sang venant des oreillettes et le propulsent dans les organes par l'aorte et dans les poumons par l'artère pulmonaire.
gauche) et un générateur d’impulsions placé dans une loge de peau à la partie supérieure du thorax ou dans l’abdomenabdomen
Partie inférieure du tronc séparée du thorax par le diaphragme et limitée en bas par le bassin.
. Il permet une resynchronisation ventriculaire.
Un défibrillateurdéfibrillateur
Appareil délivrant des impulsions électriques pour restaurer une contraction cardiaque normale.
implantable peut également être utile : c’est un appareil implanté qui surveille le rythme cardiaque grâce à des électrodes et, au besoin, produit un choc électrique.

L'hospitalisation

Un épisode de décompensation cardiaque nécessite une hospitalisation pour une prise en charge urgente, pour rééquilibrer le traitement et traiter le facteur qui a déclenché la décompensation : trouble du rythme cardiaque, infection ou autre maladie, erreur d’observance de traitement ….

LE SAVIEZ-VOUS ?

Suite à votre hospitalisation, l'Assurance Maladie peut vous accompagner pour préparer au mieux votre retour à domicile.
Si vous le souhaitez, un conseiller de l’Assurance Maladie :

  • prend contact avec un(e) infirmier(e) de votre choix, formé(e) sur l’insuffisance cardiaque ; celle-ci se rendra à votre domicile chaque semaine durant toute la période de votre accompagnement ; 
  • organise votre première consultation auprès de votre médecin traitant et de votre cardiologue ;
  • vous remet votre « carnet de suivi », spécialement conçu pour vous aider à veiller quotidiennement à votre état de santé, pour faciliter votre suivi médical et vous accompagner dans vos démarches ;
  • facilite, si nécessaire, la mise en place de services d’aide à la vie (portage de repas , aide-ménagère...).

Pour en savoir plus, consultez la brochure ci-contre.

Sources
  • Fédération française de cardiologie (FFC). L'insuffisance cardiaque. Site internet : FFC. Paris [consulté le 20 juin 2013] 
  • Haute Autorité de santé (HAS). Insuffisance cardiaque systolique. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2007 [consulté le [3 février 2015]
  • Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (Inpes). Le sel : comment limiter sa consommation ? Site internet : Inpes. Saint-Denis (France) ; 2012 [consulté le 3 février 2015]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Guide du parcours de soins "insuffisance cardiaque". Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2014 [consulté le 3 février 2015]
Avez-vous trouvé les informations recherchées ?
Annuaire santé
Tarifs, horaires, spécialité, localisation... trouvez le médecin qui vous convient.
À TÉLÉCHARGER

La brochure de l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé

sel - comment limiter sa consommation
À CONSULTER

La table Ciqual de l'Agence nationale de sécurité sanitaire alimentation, environnement, travail

Aliments
À TÉLÉCHARGER

La brochure de l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé

matieres grasses savoir les choisir
À TÉLÉCHARGER

La brochure de l’Institut national de prévention et d'éducation pour la santé

La santé vient en bougeant
À TÉLÉCHARGER

Le guide de la Haute Autorité de santé

Prise en charge de l insuffisance cardiaque
INFO PRATIQUE

Si vous souffrez d’une insuffisance cardiaque, les examens et les soins en rapport avec cette affection de longue durée (ALD) sont pris en charge à 100 % (dans la limite des tarifs fixés par l’Assurance Maladie).
Consulter l'article : Qu'est-ce qu'une affection de longue durée ?