Rechercher
La santé de A à Z
Par ordre alphabétique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Par partie du corps
Situations d'urgence
Situations d'urgence
L’essentiel pour réagir

Comment agir en cas d’urgence ? Quels gestes réaliser ? qui contacter ?

Offres de prevention
de l'Assurance Maladie

Pour accéder aux offres qui vous concernent, saisissez votre âge et votre sexe :

Rechercher
Sexe

 > 
L'herpès génital et la grossesse
Imprimer Envoyer à un ami
Herpès génital

Mis à jour le 6 mars 2017

L'herpès génital et la grossesse

Une femme enceinte ayant de l’herpès génital ou porteuse du virus de l'herpès doit être particulièrement surveillée. Le virus peut être transmis à l’enfant, et l’herpès néonatal peut avoir de graves conséquences.

L'herpès génital chez la femme enceinte

Les symptômes et le diagnostic de l'herpès génital

Les symptômes de l’herpès génital (primo-infection ou récidive) sont similaires chez toutes les femmes, qu’elles soient enceintes ou non. Les signes cliniques sont recherchés de façon attentive, en particulier dans le dernier mois de grossesse.
Si vous avez déjà eu de l’herpès génital, prévenez tout de suite le médecin qui va suivre la grossesse.

Consultez immédiatement :

  • devant toute lésion douloureuse ou irritation des organes génitaux ;
  • après un rapport sexuel mettant en contact la bouche avec le sexe, si votre partenaire a un bouton de fièvre.

Lors de poussées d’herpès, des prélèvements au niveau des lésions sont réalisés pour confirmer la présence du virus. Ils aident à choisir la meilleure stratégie pour éviter la transmission de la mère à l’enfant.
En cas de poussée d’herpès génital chez vous ou votre partenaire, évitez les relations sexuelles, même protégées par un préservatif.

Au moment du travail (phase précédant l’accouchement), des prélèvements au niveau des lésions suspectes ou au niveau du col de l'utérus sont faits pour rechercher le virus.

Le traitement de l'herpès génital chez la femme enceinte

Le traitement de l’herpès génital (primo-infection ou récidive) de la femme enceinte repose sur les antiviraux par voie orale. Il diminue le risque de transmission au nouveau-né.

L’accouchement

L’accouchement est entouré de précautions pour éviter le contact du bébé avec les lésions herpétiques maternelles.
Dans de rares cas, il est possible qu’une césarienne soit décidée, par exemple si des lésions sont visibles pendant le travail.
Mais l’accouchement par voie basse est recommandé si la poussée d’herpès a débuté plus de 7 jours auparavant, ou si la poche des eaux s’est rompue plus de 6 heures avant la naissance.
Consulter l'article : L'accouchement

L’herpès chez le nouveau-né

Le nouveau-né peut être contaminé de trois façons :

  • pendant la grossesse, si la future mère présente une primo-infection. Dans ce cas, le virus présent dans le sang de la mère traverse le placentaplacenta
    Organe assurant les échanges entre la mère et le fœtus et la sécrétion des hormones de la grossesse.
    et contamine le fœtus ;
  • à l’accouchement : le virus présent dans les sécrétions vaginales de la mère contamine le bébé lors de son passage par les voies génitales. C’est le cas le plus fréquent ;
  • lors des premiers jours de vie, la transmission virale peut se faire par la mère ou un autre membre de l’entourage excrétant le virus à partir d’un herpès labial ou génital.
    Consulter l'article : L'herpès labial ou " bouton de fièvre "

Les symptômes et le diagnostic d'herpès néonatal

En cas d’antécédents d’herpès chez la mère, des prélèvements sont réalisés sur le nouveau-né au niveau des yeux et de la gorge pendant les 3 premiers jours de vie. Ils servent à confirmer ou non la présence du virus.
Si la présence du virus de l’herpès est confirmée, le traitement repose sur les antiviraux.

Lorsqu’un bébé est contaminé, et en l'absence de traitement, les premiers symptômes apparaissent à quelques jours de vie.
L'herpès néonatal est de gravité variable suivant les cas, mais il peut mettre en danger la vie du bébé s’il n’est pas traité. Il associe des lésions sur la peau et les muqueusesmuqueuses
Tissu fin tapissant la paroi interne des cavités naturelles.
(cloques, plaies), de la fièvre, une atteinte des yeux (conjonctivite, kératitekératite
Inflammation de la cornée de l'œil.
, etc.), du système nerveux ou d’autres organes.

Comment éviter d'avoir un herpès génital au cours de sa grossesse ?

Si vous n'avez jamais eu d'herpès génital, adoptez quelques mesures pour ne pas être contaminée lors de votre grossesse :

  • Si votre partenaire a une poussée d’herpès génital, évitez les relations sexuelles, même protégées par un préservatif.
  • Si votre partenaire a déjà eu de l'herpès génital mais n'a pas de poussée, utilisez des préservatifs. En effet, votre partenaire peut être porteur du virus sans présenter de symptômes.
  • Si vous ou votre partenaire avez un herpès labial (ou bouton de fièvre), n’ayez pas de rapport sexuel mettant en contact la bouche avec le sexe. En effet, le virus présent sur les lèvres peut être transmis aux parties sexuelles du partenaire.

Lors de la naissance, comment prévenir la transmission de l’herpès génital de la maman à son bébé ?

Herpès génital et accouchement

Tout est mis en œuvre pour éviter le contact direct du nouveau-né avec les lésions d’herpès des organes génitaux de sa mère. Le mode d'accouchement (par voie basse ou par césarienne) est décidé en fonction de la date de survenue de la dernière poussée d'herpès.

Après la naissance : protéger le bébé

L’allaitement est possible ; il n'est contre-indiqué qu'en cas d’herpès présent sur le sein ou le mamelon de la mère. Les lésions situées à distance doivent être protégées.
Il est important de prendre toutes les précautions pour le protéger le nouveau-né du virus de l’herpès :

  • respectez les conseils d’hygiène donnés par l’équipe soignante ;
  • lavez-vous les mains soigneusement avant de vous occuper de votre enfant ;
  • imposez les mêmes précautions à toute personne souhaitant prendre l’enfant dans ses bras ;
  • utilisez pour votre enfant des serviettes de toilette qui lui sont réservées ;
  • ne laissez pas les personnes avec un herpès labial (ou bouton de fièvre) l’embrasser.
Sources
  • Assistance publique des hôpitaux de Paris, Cespharm, Association herpès. Herpès et grossesse : parlons-en. Site internet : Périnatalité. Montpellier (France) ; 2008 [consulté le 6 mars 2017]
  • Collège national des enseignants de dermatologie. Infections à herpès virus de l'enfant et de l'adulte immunocompétents : herpès cutané et muqueux. Site internet : Campus de dermatologie de l'Université médicale virtuelle francophone. Nantes (France) ; 2010-2011 [consulté le 3 mars 2017]
  • Pilly E. Infections à herpès virus du sujet immunocompétent. Maladies infectieuses et tropicales - Préparation ECN. Éditions ALINÉA Plus 2016
  • Agence nationale d'accréditation et d'évaluation en santé, Société française de dermatologie. Conférence de consensus - Prise en charge de l’herpès cutanéo-muqueux chez le sujet immunocompétent. Site internet : Haute Autorité de santé. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2001 [consulté le 6 mars 2017]
Annuaire santé
Tarifs, horaires, spécialité, localisation... trouvez le médecin qui vous convient.
CHIFFRE CLÉ

Quel est le risque de transmission en cours de grossesse ?
Le risque de contaminer son enfant par le virus de l’herpès génital pendant la grossesse est faible : 1/10 000.