Rechercher
La santé de A à Z
Par ordre alphabétique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Par partie du corps
Situations d'urgence
Situations d'urgence
L’essentiel pour réagir

Comment agir en cas d’urgence ? Quels gestes réaliser ? qui contacter ?

Offres de prevention
de l'Assurance Maladie

Pour accéder aux offres qui vous concernent, saisissez votre âge et votre sexe :

Rechercher
Sexe

 > 
Les effets indirects du froid : l’intoxication au monoxyde de carbone et les accidents
Imprimer Envoyer à un ami
Froid et pathologies

Mis à jour le 17 septembre 2015

Les effets indirects du froid : l’intoxication au monoxyde de carbone et les accidents

Le monoxyde de carbone est un gaz dangereux, invisible et sans odeur. Il provoque des intoxications parfois fatales, résultant d’une mauvaise utilisation des appareils de chauffage ou d’une absence de ventilation dans un local fermé. En cas d’accident lié au monoxyde de carbone, il faut intervenir au plus vite et appeler les secours d’urgence.
Le froid est également à l'origine d'accidents. Les personnes âgées y sont particulièrement exposées.

Intoxication au monoxyde de carbone

Le monoxyde de carbone est un gaz inodore, incolore et se diffusant très facilement. De ce fait, l’intoxication survient souvent sournoisement.

Ainsi, l’inhalation de monoxyde de carbone (ou CO) est la première cause de mortalité par intoxication aiguë en France.

Il s’agit habituellement d’une intoxication collective ou familiale. Elle est provoquée par la combustion incomplète de charbon, de bois, de gaz naturel, de gaz de pétrole liquéfié ou d’un autre hydrocarbure, dégageant une grande quantité de CO.

Les causes de l’intoxication au monoxyde de carbone

Les intoxications au CO résultent notamment :

  • de la mauvaise utilisation de certains appareils (chauffages d’appoint à combustion employés en continu, groupes électrogènes posés à l’intérieur d’un local, etc.) ;
  • de dysfonctionnements techniques provoquant une mauvaise évacuation ou un refoulement des gaz de combustion dans la pièce ;
  • de l’absence de ventilation dans la pièce où est installé l’appareil à combustion (ouvertures calfeutrées, sorties d’air bouchées).

Des conditions météorologiques particulières (ex. : absence de vent rendant difficile l’évacuation des gaz par le conduit de l’appareil) viennent parfois s’ajouter à ces causes.

Les symptômes qui doivent vous alerter

Il existe deux types d’intoxications :

  • L’intoxication aiguë se manifeste d’abord par des maux de tête, puis par des vertiges, nausées et vomissements, avec une fatigue importante. Enfin, des troubles de la conscience (pouvant aller jusqu’au coma) surviennent, accompagnés d’une raideur des membres et parfois, de convulsions.
  • L’intoxication chronique engendre aussi maux de tête, nausées et vertiges. À ces signes s’ajoutent des malaises, un essoufflement et divers troubles (du sommeil, de la vision, de l’odorat, du goût, de la mémoire et de l’attention). Une confusion mentale (désordre psychique), des douleurs thoraciques, abdominales et musculaires, sont également observées. À terme, l’inhalation de monoxyde de carbone cause des troubles cardiaques ou respiratoires.

L’intoxication chronique est difficilement détectable car ses symptômes peuvent correspondre à des pathologies très variées. Chez les personnes âgées, en particulier, les signes d’une atteinte toxique sont parfois, à tort, attribués au vieillissement.

Par ailleurs, ce type d’intoxication est particulièrement néfaste pour deux types de personnes :

  • la femme enceinte (dangerosité élevée pour le fœtus) ;
  • les enfants (risque de perturbation du développement cérébral et du fonctionnement intellectuel).

Sachez par ailleurs que, chez les enfants de moins de 2 ans, l’intoxication se manifeste parfois par des symptômes atypiques (ex. : pleurs).

La conduite à tenir en cas d’intoxication au monoxyde de carbone

En cas d’intoxication aiguë :

  • Aérez immédiatement les locaux en ouvrant portes et fenêtres, tout en retenant votre respiration.
  • Coupez l’alimentation en combustible de l’appareil en cause.
  • Appelez les secours d’urgence, même si les victimes se plaignent de simples maux de tête. En effet, un traitement par inhalation d’oxygène doit être effectué très vite.
  • Sortez des locaux. Vous ne pourrez les réintégrer qu’après le passage d’un professionnel qualifié, qui recherchera la cause de l’intoxication et proposera des travaux à effectuer.
LE SAVIEZ-VOUS ?

Bien informer les secours facilite une intervention rapide

Lorsque vous appelez les services médicaux d’urgence, essayez de respecter les règles suivantes :

  • Parlez calmement.
  • Donnez votre numéro de téléphone, votre nom et celui du malade.
  • Indiquez l'adresse exacte (étage, code d'accès, etc.).
  • Décrivez les signes qui vous ont alerté.
  • Ne raccrochez pas avant que votre interlocuteur ne vous le demande.

Si vous suspectez une intoxication chronique, consultez votre médecin traitant. Il recherchera des éléments confirmant vos doutes et vous prescrira :

  • un bilan médical ;
  • une mesure de la quantité de CO dans l’air expiré (grâce à un détecteur de monoxyde de carbone).

Par ailleurs, sachez que des détecteurs utilisables dans votre logement sont vendus dans le commerce (grandes surfaces, magasins de bricolage).

A VOIR - Les dangers du monoxyde de carbone

Si vous n'avez pas accès à cette solution, voici la transcription textuelle du contenu de la vidéo :

Vidéo réalisée par Bonjour Docteur présentant un témoignage d'une personne victime d'une intoxication alimentaire.

Tous droits réservés à Pulsations Multimedia-« Allodocteurs.fr »- site du portail du groupe France Télévisions spécialisé sur la thématique de la santé.

Les accidents dus au froid

Certains accidents sont plus fréquents par temps froid.

Ainsi, le risque de chute, avec ou sans fracture, est plus important en hiver en raison des sols humides ou glissants. Les personnes âgées sont les plus vulnérables. Elles sont exposées en particulier à une fracture du col du fémur, partie du corps souvent plus fragile avec l’âge.

Travailler au froid expose aussi à des facteurs favorisant des accidents :

  • sols glissants (en intérieur comme en extérieur) ;
  • contact avec des surfaces métalliques froides (risque accru d’engelures) ;
  • pénibilité et fatigue plus importantes, du fait de l’augmentation de la dépense énergétique ;
  • perte de dextérité ou de sensibilité tactile liée au froid et au port de gants, voire de vêtements de protection contre le froid ;
  • difficultés dans les déplacements obligatoires en extérieur (dans la neige, à pied ou en voiture).
Sources
  • Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (INPES). Intoxication par le monoxyde de carbone. Site internet : INPES. Saint Denis La Plaine (France) ; 2012 [consulté le 16 septembre 2015]
  • Ministère de la santé. Grand froid- Risques sanitaires liés au froid. Site internet : sante.gouv (Paris) ; 2014 [consulté le 16 septembre 2015]
  • Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles (INRS). Travail au froid : ce qu'il faut retenir. Site internet : INRS. Paris ; 2014 [consulté le 16 septembre 2015].
Annuaire santé
Tarifs, horaires, spécialité, localisation... trouvez le médecin qui vous convient.
N° d'urgence médicale
  • Samu : 15
  • Pompiers : 18
  • Appel d'urgence européen : 112 (appel depuis un mobile) Appel gratuit
LIEN UTILE

Pour en savoir plus, consultez le site de l'INPES :

INFO PRATIQUE

Vous êtes victime d’un accident du travail ?
Pour bien vous informer, consultez ameli.fr.