Rechercher
La santé de A à Z
Par ordre alphabétique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Par partie du corps
Situations d'urgence
Situations d'urgence
L’essentiel pour réagir

Comment agir en cas d’urgence ? Quels gestes réaliser ? qui contacter ?

Offres de prevention
de l'Assurance Maladie

Pour accéder aux offres qui vous concernent, saisissez votre âge et votre sexe :

Rechercher
Sexe

 > 
Les traitements de la fracture de la jambe
Imprimer Envoyer à un ami
Fracture de la jambe

Mis à jour le 29 novembre 2016

Les traitements de la fracture de la jambe

Le traitement d’une fracture de la jambe consiste d'abord à bien repositionner les os brisés. Puis, le membre est immobilisé par un plâtre ou du matériel orthopédique, pour faciliter la reconstitution de l’os. Dans certains cas, une intervention chirurgicale est indispensable. La rééducation permet de retrouver la mobilité de la jambe.

Des traitements différents selon la nature de la fracture

Il existe plusieurs traitements possibles, en fonction du type de fracture.

Le traitement orthopédique

Il consiste à remettre en continuité les deux fragments de l’os brisé par des manipulations externes sans intervention chirurgicale. Pratiqué sous anesthésie loco-régionaleloco-régionale
Qui ne concerne qu'un territoire.
ou générale, le traitement orthopédique est mis en œuvre seulement pour les fractures fermées.
Ensuite, la jambe est immobilisée pour favoriser une bonne consolidation osseuse. On pose un plâtre qui recouvre le membre de l’aine jusqu’au pied. Au bout de quelques semaines, il est remplacé par un plâtre moins long, en forme de botte.

L’intervention chirurgicale

Elle concerne les fractures déplacées et les fractures ouvertes. Une fois les fragments osseux remis dans leur position initiale, différentes opérations utilisant du matériel de fixation peuvent être réalisées :

  • la plus fréquente consiste à insérer une tige métallique (ou clou centromédullaire) au centre de l’os, sur toute sa longueur. Ce traitement permet de reprendre appui rapidement sur la jambe et de retrouver plus vite une mobilité du membre ;
  • plus rarement, on immobilise la fracture au moyen d'une plaque fixée par des vis aux os fracturés ;
  • en cas de fracture en plusieurs fragments ou de plaie profonde et étendue, on pose un fixateur externe. Ce matériel est composé de tiges métalliques fixées dans l’os perpendiculairement à son axe, reliées à une barre extérieure à la jambe.

Ces interventions ont lieu dans un service d’orthopédie, pendant une hospitalisation dont la durée varie selon la gravité de la blessure.

LE SAVIEZ-VOUS ?

Suite à votre intervention chirurgicale, l'Assurance Maladie peut vous accompagner pour préparer au mieux votre retour à domicile.
Un conseiller de l’Assurance Maladie organise votre suivi médical auprès des professionnels de santé de ville de votre choix (masseur kinésithérapeute et/ou infirmier(e) et facilite vos démarches administratives.

Pour en savoir plus, téléchargez le dépliant situé dans la colonne de droite : Je suis accompagné(e) après mon intervention en chirurgie orthopédique.

La prévention des complications et la rééducation

Des traitements médicamenteux empêchent certaines complications :

  • l'injection d'un rappel de vaccin antitétanique en cas de plaie minime, associée à une injection d'une immunoglobulineimmunoglobuline
    Protéines (globulines) contenues dans le sang constituant les anticorps ; elles se répartissent en 5 classes : Ig A, Ig G,Ig M, Ig D et Ig E.
    tétanique en cas de plaie importante, si le blessé n'est pas à jour de ses vaccins ;
  • l'administration d'antibiotiques en cas d'intervention chirurgicale, dans les situations où le risque infectieux est élevé (fracture ouverte, plaie souillée) ;
  • un traitement anti-coagulant (empêchant la formation d’un caillot de sang) pour prévenir la phlébite et l’embolie pulmonaire. Il s'agit le plus souvent d'injections d'héparine. Ce traitement est prescrit pendant toute la période d’immobilisation du patient, car l’immobilité prolongée peut favoriser l’apparition de caillots.

Enfin, une rééducation de kinésithérapie est entreprise le plus tôt possible après l’opération ou après l'ablation du plâtre. Très importante pour bien récupérer la mobilité de la jambe, elle peut être prescrite soit au domicile du patient, soit au cabinet du kinésithérapeute et rarement en centre de rééducation fonctionnelle.

LE SAVIEZ-VOUS ?

Une fracture fréquente chez l’enfant

La fracture de la jambe est plus courante chez les garçons, dont les jeux et activités sportives présentent souvent plus de risques. Dans 70 % des cas, la blessure ne touche que le tibia. Le traitement appliqué est avant tout orthopédique, sauf en cas de fracture ouverte : une intervention chirurgicale est alors nécessaire.

Sources
  • Castelin C, Christofilis M, Jayankura M, Samaha C, Zouaouy S. Fracture de la jambe. Site internet : Faculté de médecine Pierre et Marie Curie. Paris ; 2012 [consulté le 8 octobre 2016]
  • Lerat JL. Généralités sur les fractures. Site internet : Fascicules.fr. Paris ; 2009 [consulté le 8 octobre 2016]
  • Kohlprath R, Assal M, Uçkay I, Holzer N, Suva D, Hoffmeyer P. Fractures ouvertes de la diaphyse tibiale chez l'adulte : prise en charge chirurgicales et complications. Rev Med Suisse. 2011;7:2482-2488.
Avez-vous trouvé les informations recherchées ?
Annuaire santé
Tarifs, horaires, spécialité, localisation... trouvez le médecin qui vous convient.
INFO PRATIQUE

Vous êtes hospitalisé pour une fracture de la jambe ?
Renseignez-vous sur les différents types de séjours à l’hôpital en consultant le site ameli.fr.

À TÉLÉCHARGER

Le carnet de l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé.

Anticoagulant carnet de suivi