Rechercher
La santé de A à Z
Par ordre alphabétique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Par partie du corps
Situations d'urgence
Situations d'urgence
L’essentiel pour réagir

Comment agir en cas d’urgence ? Quels gestes réaliser ? qui contacter ?

Offres de prevention
de l'Assurance Maladie

Pour accéder aux offres qui vous concernent, saisissez votre âge et votre sexe :

Rechercher
Sexe

 > 
Le traitement de l'entorse du genou
Imprimer Envoyer à un ami
Entorse du genou

Mis à jour le 6 décembre 2016

Le traitement de l'entorse du genou

Le choix entre un traitement médical ou chirurgical est décidé selon plusieurs critères : l'âge du patient, ses activités sportives, l'existence ou non d'une instabilité du genou, le type de lésion ligamentaire, les lésions associées, etc.

Le traitement médical de l'entorse du genou

Si l'entorse est bénigne ou de gravité moyenne, il est déconseillé d’immobiliser complètement le genou et l’appui sur la jambe blessée peut être conservé. L'immobilisation est de très courte durée, à titre antalgique.
Le traitement consiste donc en une mobilisation précoce avec appui autorisé, associée à un traitement médical (antalgiques, anti-inflammatoires et glaçage).
Le port d’une contention (genouillère ou orthèseorthèse
Appareillage orthopédique qui compense, soutient, immobilise ou protège une partie déficiente du corps.
articulée) peut faciliter une reprise précoce des activités physiques en sécurité.
La pose d'un plâtre est généralement inutile.

La rééducation de l'entorse du genou

L'objectif de la rééducation est de retrouver une mobilité normale du genou, restaurer la force musculaire et le fonctionnement global du genou (en position debout, lors des sauts, à la course).

L’entorse bénigne guérit grâce au traitement médical et ne nécessite pas, en général, de rééducation.
L’entorse de moyenne gravité et surtout l’entorse grave nécessitent des séances de rééducation qui peuvent durer jusqu’à quatre mois.
En l'absence d'intervention chirurgicale, la rééducation est le plus souvent effectuée au cabinet du kinésithérapeute, sans hospitalisation.
Si la personne a subi une intervention chirurgicale, la rééducation débute dans le service de chirurgie avant d'être poursuivie au cabinet du kinésithérapeute ou dans un centre de rééducation.
Consulter l'article : Entorse de genou : après le traitement

Le traitement chirurgical de l'entorse du genou

La réparation chirurgicale des ligaments, ou ligamentoplastie, peut être nécessaire en cas d'entorse grave (rupture d'un ligament croisé par exemple). L'intervention est, le plus souvent pratiquée, lors d'une arthroscopiearthroscopie
Consiste à explorer et visionner l'intérieur d'une articulation par l'intermédiaire d'un petit tube rigide, l'arthroscope, relié à une caméra.
.
Elle peut être réalisée dans les jours qui suivent l'accident ou plus tard, quand la douleur et le gonflement du genou ont diminué. En effet, opérer en urgence un genou douloureux et inflammatoire expose à un certain nombre de complications (algodystrophiealgodystrophie
Ensemble de symptômes qui associe des troubles cutanés, des douleurs et une raideur atteignant une articulation ou un membre.
, raideur) qui peuvent retarder la guérison.
La chirurgie du genou peut être également nécessaire si d'autres lésions sont associées à l'entorse (lésions des ménisquesménisques
Cartilage fibreux s'interposant entre deux surfaces osseuses, pour stabiliser l'articulation à la manière de cales et permettant d'améliorer les mouvements entre ces deux os.
, fractures osseuses, etc.).

LE SAVIEZ-VOUS ?

Suite à votre intervention chirurgicale, l'Assurance Maladie peut vous accompagner pour préparer au mieux votre retour à domicile.
Un conseiller de l’Assurance Maladie organise votre suivi médical auprès des professionnels de santé de ville de votre choix (masseur kinésithérapeute et/ou infirmier(e)) et facilite vos démarches administratives.

Pour en savoir plus, téléchargez le dépliant situé dans la colonne de droite : Je suis accompagné(e) après mon intervention en chirurgie orthopédique.

Dans les jours qui suivent l'intervention :

Surélevez la jambe dans la journée et ne reprenez appui sur elle que lorsque le chirurgien vous y autorise.
Surveillez votre genou, votre mollet et votre température.
Consultez si vous observez les symptômes suivants :

  • fièvre supérieure à 38 °C ;
  • augmentation de la douleur du genou au repos ;
  • chaleur ou rougeur locale au niveau du genou opéré ;
  • problèmes de cicatrisation : cicatrice rouge ou écoulement ;
  • mollet douloureux ou gonflé (signes de phlébite).
Sources
  • Haute Autorité de santé (HAS). Critères de suivi en rééducation et d'orientation en ambulatoire ou en SSR après ligamentoplastie du croisé antérieur du genou. Site internet : HAS. Saint-Denis la Plaine (France) ; 2008 [consulté le 2 février 2016]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Prise en charge thérapeutique des lésions méniscales et des lésions isolées du ligament croisé antérieur du genou chez l'adulte. Site internet : HAS. Saint-Denis la Plaine (France) ; 2008  [consulté le 2 février 2016]
  • Département d'enseignement ostéo-articulaire. Université Paris 6 et Paris 12. Rousseau R. Lésions péri-articulaires et ligamentaires du genou, de la cheville et de l'épaule. Site internet : sofop. Paris  [consulté le 2 février 2016].
Avez-vous trouvé les informations recherchées ?
Annuaire santé
Tarifs, horaires, spécialité, localisation... trouvez le médecin qui vous convient.
À TÉLÉCHARGER

Le dépliant de l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé

regles-dor-automedication afssaps