Rechercher
La santé de A à Z
Par ordre alphabétique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Par partie du corps
Situations d'urgence
Situations d'urgence
L’essentiel pour réagir

Comment agir en cas d’urgence ? Quels gestes réaliser ? qui contacter ?

Offres de prevention
de l'Assurance Maladie

Pour accéder aux offres qui vous concernent, saisissez votre âge et votre sexe :

Rechercher
Sexe

 > 
Que faire en cas d'embolie pulmonaire, le diagnostic et le traitement
Imprimer Envoyer à un ami
Embolie pulmonaire

Mis à jour le 4 mars 2015

Que faire en cas d'embolie pulmonaire, le diagnostic et le traitement

L’embolie pulmonaire nécessite un traitement en urgence et le plus souvent une hospitalisation. Le diagnostic est confirmé par des examens complémentaires (bilan sanguin, échocardiographie, scintigraphiescintigraphie
Examen d'imagerie médicale : il consiste en l'administration d'un produit radioactif inoffensif qui se fixe particulièrement sur l'organe malade et émet des radiations recueillies par une caméra spécifique.
…). Un traitement anticoagulant est instauré pour prévenir les récidives.

Que faire devant des signes d’embolie pulmonaire

En cas de symptômes évoquant une embolie pulmonaire, et plus particulièrement s’ils surviennent lorsque sont présents des facteurs de risque, téléphonez immédiatement aux services d’urgence : 15 ou 112.

Après avoir téléphoné, restez auprès du malade :

  • installez-le en position semi-assise ;
  • empêchez-le de bouger pour éviter une migration du caillot ;
  • notez l’heure de l’apparition des premiers signes.
À RETENIR

Urgence : appel au SAMU

J'appelle le 15 (service d'aide médicale urgente : SAMU) ou le 112 (service d'urgence européen) depuis un téléphone fixe ou un téléphone mobile même bloqué ou sans crédit (appel gratuit).

Lorsque je suis en communication :

  • je parle calmement et clairement ;
  • je donne mon numéro de téléphone, mon nom et celui de la personne concernée ;
  • j'indique le lieu et l'adresse exacte, ainsi que l'étage et le code d'accès éventuel ;
  • je décris le plus précisément possible les signes qui m'ont alerté ;
  • je précise l’état de conscience du malade (conscient, somnolent, perte de connaissance) ;
  • je donne l'heure exacte d'apparition des premiers symptômes ;
  • je ne raccroche pas avant que mon interlocuteur ne me le demande. Le médecin peut avoir besoin d'autres renseignements. Il peut aussi vous donner des directives, par exemple sur les gestes à pratiquer en attendant l’arrivée de l'équipe médicale mobile.

Le diagnostic d’embolie pulmonaire

À l’hôpital, face à des signes d’embolie pulmonaire, le médecin pratique un examen clinique complet. En particulier, il recherche des signes de phlébite


Pour confirmer le diagnostic et évaluer les conséquences de l’embolie pulmonaire, il peut demander des examens complémentaires :

  • une radiographie du thorax ;
  • un électrocardiogramme ;
  • une analyse des gaz du sang artériel ;
  • un dosage sanguin des D-dimères (traces biologiques d’un caillot) ;
  • des examens d’imagerie : échographie-doppleréchographie-doppler
    Examen qui permet de visualiser l'aspect des vaisseaux et d'explorer la façon dont le sang circule dans ces vaisseaux.
    cardiaque, scanner thoracique ou scintigraphiescintigraphie
    Examen d'imagerie médicale : il consiste en l'administration d'un produit radioactif inoffensif qui se fixe particulièrement sur l'organe malade et émet des radiations recueillies par une caméra spécifique.
    pulmonaire.
LE SAVIEZ-VOUS ?

Le caillot de sang n’est pas le seul responsable d’une embolie pulmonaire

Une embolie pulmonaire peut être due à un embole athéromateux (fragment de plaque d’athéromeathérome
Lésion sous forme de plaque au niveau de la paroi interne des artères provoquée par l'accumulation de graisses et de dépôts calcaires.
), un embole septique ou parasitaire (en cas d’infection grave), graisseux (après une fracture osseuse par exemple), amniotique (lors d’un accouchement) ou tumoral (migration de cellules cancéreuses).

Le traitement de l’embolie pulmonaire

Le traitement de l’embolie pulmonaire dépend de sa gravité et de l’état du patient.

Le traitement anticoagulant

En cas d’embolie pulmonaire, quelle que soit sa gravité, un traitement anticoagulant est mis en place. Ce traitement débute généralement par des injections d’héparine, puis se poursuit par des comprimés (anti vitamine K). Il a pour but :

  • de limiter l’extension du caillot ;
  • de prévenir le risque de récidive.

La thrombolyse

Elle consiste en l’injection intraveineuse d’un médicament permettant la dissolution du caillot situé dans l’artère pulmonaire. Elle est réservée aux patients qui présentent une embolie pulmonaire grave avec risque de choc ou d’hypotensionhypotension
Baisse de la pression artérielle systolique au-dessous de 10 cm de mercure.
artérielle sévère. Elle est contre-indiquée dans certains cas : risque d’hémorragie, AVC récent.

L’assistance respiratoire et cardiovasculaire

Toute personne présentant une embolie pulmonaire grave est hospitalisée en service de réanimation. Elle bénéficie d’une surveillance rapprochée ou continue.
Pour pallier le manque d’oxygène ou la défaillance cardiaque, d’autres traitements sont prescrits : mise sous oxygène, médicaments stimulant la contraction du cœur….

L’embolectomie

L’embolectomie consiste à enlever le caillot de l’artère pulmonaire par voie chirurgicale. Elle est réservée aux patients présentant une embolie pulmonaire grave en cas d’échec ou de contre-indication de la thrombolysethrombolyse
Destruction d'un caillot sous l'action d'un médicament.

Sources
  • Egger B, Aubert JD. Embolie pulmonaire : prise en charge initiale. Rev Med Suisse. 2007;3(134):2640-2.
  • Meyer G, Perrier A, Diehl JL. Embolie pulmonaire. 2eéd.  Paris : Elsevier ; 2005.
  • National Health Service (NHS). Pulmonary embolism. Site internet : NHS choices. Londres ; 2013 [consulté le 26 février 2015]
  • Collège des enseignants de cardiologie et maladies vasculaires. ThromboseThrombose
    Formation d'un caillot dans un vaisseau sanguin.
    veineuse profonde et embolie pulmonaire. Site internet : Campus de cardiologie et maladies vasculaires de l’Université numérique francophone des sciences de la santé et du sport. Lille (France) ; 2011-2012 [consulté le 26 février 2015]
  • Collège national des enseignants de réanimation médicale. Embolie pulmonaire. Site internet : Campus de réanimation médicale de l’Université numérique francophone des sciences de la santé et du sport. Lille (France) ; 2011-2012 [consulté le 26 février 2015]
Avez-vous trouvé les informations recherchées ?
Annuaire santé
Tarifs, horaires, spécialité, localisation... trouvez le médecin qui vous convient.
N° d'urgence médicale
  • Samu : 15
  • Pompiers : 18
  • Appel d'urgence européen : 112

Ces numéros sont gratuits et peuvent être appelés d'un téléphone fixe ou mobile même bloqué ou sans crédit.