Rechercher
La santé de A à Z
Par ordre alphabétique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Par partie du corps
Situations d'urgence
Situations d'urgence
L’essentiel pour réagir

Comment agir en cas d’urgence ? Quels gestes réaliser ? qui contacter ?

Offres de prevention
de l'Assurance Maladie

Pour accéder aux offres qui vous concernent, saisissez votre âge et votre sexe :

Rechercher
Sexe

 > 
Diabète de type 1 : symptômes, diagnostic et évolution
Imprimer Envoyer à un ami
Diabète de type 1

Mis à jour le 29 septembre 2015

Diabète de type 1 : symptômes, diagnostic et évolution

Le diabète de type 1 est diagnostiqué par un bilan sanguin en présence de symptômes évocateurs. Un premier bilan rénal, ophtalmologique, cardio vasculaire…est nécessaire. Le diabète de type 1 est une maladie chronique dont les complications à court et long terme sont prévenues par un traitement adapté et un suivi régulier.

Quels sont les symptômes du diabète de type 1 ?

Le diabète de type 1 se manifeste rapidement avec des signes liés à l'hyperglycémiehyperglycémie
Taux de glucose (sucre) dans le sang trop élevé, supérieur à 1,26 gramme/litre, à jeun, mesuré à 2 reprises.
.

Les premiers signes révélateurs d'un diabète sont :

  • des envies fréquentes d'uriner et des urines abondantes (polyurie) ;
  • une soif anormale (polydipsie) ;
  • un amaigrissement important malgré un maintien de l'appétit ;
  • une fatigue.

Si le diabète n'est pas traité, d'autres signes apparaissent :

  • des nausées et des vomissements ;
  • une perte d'appétit ;
  • une somnolence ;
  • des troubles de la vue ;
  • une odeur fruitée de l'haleine et une odeur anormale des urines due à la production de corps cétoniques.
QUESTION-RÉPONSE

Quand doit-on suspecter un diabète chez le très jeune enfant ?

Soif importante, urines fréquentes, énurésie secondaire ("pipi" la nuit alors que l'enfant était déjà propre), fatigue, amaigrissement, douleurs abdominales, nausées, vomissements, infections cutanées récidivantes... sont des signes qui peuvent faire suspecter un diabète chez un jeune enfant. Face à ces symptômes, consultez rapidement votre médecin traitant.

Comment est posé le diagnostic du diabète de type 1 ?

Le diabète de type 1 est le plus souvent diagnostiqué en présence de symptômes ; il est rarement découvert au cours d'un bilan médical, pour un autre motif.

Le diagnostic du diabète de type 1 est établi grâce à une prise de sang qui dose le taux de sucre (glycémie) dans le sang.

Le diagnostic de diabète est fait lorsque :

  • la glycémie, à n'importe quel moment de la journée, est supérieure à 2 g/l en présence de symptômes ;
  • la glycémie à jeun est supérieure ou égale à 1,26 g/l, contrôlée à deux reprises en l'absence de symptômes.

Lorsque le diagnostic est posé, un bilan initial est prescrit par votre médecin traitant ou un diabétologue :

  • un bilan sanguin : dosage de l’HbA1cHbA1c
    Valeur biologique dont le taux permet d’apprécier sur une longue période, l’équilibre du diabète. L’hémoglobine glyquée est le paramètre de référence dans la surveillance glycémique des diabétiques.
    , bilan lipidique, bilan de la fonction rénale ;
  • un bilan urinaire à la recherche d’une atteinte rénale ;
  • une consultation ophtalmologique ;
  • d’autres examens peuvent être nécessaires selon chaque cas.

L’évolution du diabète de type 1

Les complications aiguës du diabète de type 1

La surveillance et le traitement du diabète permettent d’assurer son équilibre et d’éviter les complications aiguës comme l’hypoglycémiehypoglycémie
Baisse du taux de glucose (sucre) dans le sang au-dessous de 0.50 gramme par litre.
et l’acido-cétose observées lorsque le traitement n'est pas adapté.
Consulter l'article : Quel est le traitement du diabéte de type 1 ?

Les principales complications à long terme du diabète de type 1

Le suivi régulier prévient et retarde l'apparition des complications tardives et, lorsque ces dernières sont présentes, en ralentit l’évolution.

  • Au niveau des yeux
    Le diabète peut provoquer des lésions des vaisseaux sanguins de la rétine, c’est la rétinopathie diabétique. Cette affection s’installe progressivement dans la majorité des cas sans gêne ressentie, et peut entraîner à terme une baisse de la vision (malvoyance) ou une perte de la vision (cécité).
    Seul un dépistage régulier (examen de la rétine ou fond d’œil) permet de faire un diagnostic précoce et de mettre en route un traitement préventif efficace de ces complications visuelles irréversibles.
LE SAVIEZ-VOUS ?

Le taux de dépistage de la rétinopathie est insuffisant. Afin de contribuer à son amélioration, l’Assurance maladie prend en charge depuis peu une nouvelle méthode de dépistage par rétinographies avec lecture différée.

En quoi consiste le dépistage de la rétinopathie diabétique par rétinographies avec lecture différée ?

Il s’agit d’un mode de dépistage de la rétinopathie diabétique en coopération entre un orthoptiste* et un médecin ophtalmologiste.
L'orthoptiste* réalise les rétinographies et transmet de façon sécurisée les résultats à l'ophtalmologiste qui effectue la lecture des photographies sous 7 jours en dehors de la présence du patient.
Le patient reçoit, ainsi que son médecin traitant, un compte rendu d’examen avec la conduite à tenir en cas de rétinopathie diagnostiquée. Il s’agit d’un acte de télémédecine.

Ce mode de dépistage, validé par la Haute Autorité de santé, s’adresse aux patients de moins de 70 ans et assure un niveau de qualité et de sécurité équivalent au dépistage par un ophtalmologiste lors d'une consultation.

*Professionnel de santé non médecin, spécialisé dans la rééducation des yeux et habilité également à réaliser, sur prescription médicale, un certain nombre d’examens dont les rétinographies.

À VOIR - La rétinopathie diabétique

Si vous n'avez pas accès à cette solution, voici la transcription textuelle du contenu de la vidéo :

Vidéo sur la rétinopathie diabétique 

  • Au niveau des reins
    Le risque est une maladie appelée "néphropathie diabétique" qui peut conduire, dans les formes graves, à une maladie rénale chronique.

À VOIR - La néphropathie diabétique

Si vous n'avez pas accès à cette solution, voici la transcription textuelle du contenu de la vidéo :

Néphropathie diabétique

  • Au niveau des nerfs, le diabète peut :
    • toucher les nerfs périphériquesnerfs périphériques
      Ils comprennent des nerfs sensitifs qui amènent à la moelle épinière puis au cerveau (appelé système nerveux central) les informations des organes des sens, et des nerfs moteurs qui transmettent aux muscles les mouvements commandés par le cerveau.
      et provoquer une neuropathieneuropathie
      Affection des nerfs périphériques.
      caractérisée par des douleurs, des anomalies de la sensibilité, une faiblesse musculaire ;
    • atteindre le système neurovégétatifsystème neurovégétatif
      Système nerveux non soumis à la volonté et qui innerve tous les organes.
      , avec possibilités de troubles digestifs (diarrhée, constipation...), de trouble urinaire (mauvais contrôle de la vessie), des troubles du rythme cardiaque et de la pression artérielle, avec des sensations de vertige au lever par chute de la tension artérielle (hypotension orthostatiquehypotension orthostatique
      Baisse de la tension artérielle lors du passage de la station couchée à la position debout.
      ), et des troubles de l'activité sexuelle (trouble de l'érection, impuissance...).
  • Au niveau des pieds, le diabète peut entraîner une perte de la perception de la douleur, c’est la neuropathieneuropathie
    Affection des nerfs périphériques.
    sensitive. La perte de l’alerte « douleur » augmente de façon importante le risque de développer une ulcération profonde du pied (mal perforant plantaire) sans que le patient s’en aperçoive. Il s’agit d’une lésion grave dont la cicatrisation est difficile à obtenir, pouvant nécessiter une hospitalisation prolongée et parfois une amputation.
  • Au niveau des dents, le diabète est un facteur de risque reconnu des parodontopathies (maladies des gencives). En effet, l’hyperglycémiehyperglycémie
    Taux de glucose (sucre) dans le sang trop élevé, supérieur à 1,26 gramme/litre, à jeun, mesuré à 2 reprises.
    favorise la multiplication des bactéries de la plaque dentaire. Cette présence bactérienne crée une inflammation à l’origine des parodontites (inflammation des gencives) pouvant entrainer la perte de dents.
Sources
  • Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm). Diabète de type 1 (DID). Site internet : Inserm. Paris ; 2014 [consulté le 22 septembre 2015]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Actes et prestations - Affection de longue durée - Diabète de type 1 et de type 2. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2014 [consulté le 22 septembre 2015].
Annuaire santé
Tarifs, horaires, spécialité, localisation... trouvez le médecin qui vous convient.
Le service d’accompagnement de l’Assurance Maladie pour mieux vivre avec un diabète.


INFO PRATIQUE

L'exonération du ticket modérateur

Le diabète de type 1 est reconnu affection de longue durée (ALD). Les examens et les soins en rapport avec cette pathologie sont pris en charge à 100 % (dans la limite des tarifs de la sécurité sociale). Parlez-en à votre médecin traitant et consultez le site ameli.fr.

INFO PLUS

L’Assurance maladie prend en charge des séances de prévention des lésions du pied chez le pédicure podologue pour les patients diabétiques dont le risque podologique est élevé afin d’éviter une telle évolution.
Consulter l'article : Prévenir les complications du pieds