Rechercher
La santé de A à Z
Par ordre alphabétique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Par partie du corps
Situations d'urgence
Situations d'urgence
L’essentiel pour réagir

Comment agir en cas d’urgence ? Quels gestes réaliser ? qui contacter ?

Offres de prevention
de l'Assurance Maladie

Pour accéder aux offres qui vous concernent, saisissez votre âge et votre sexe :

Rechercher
Sexe

 > 
Comment réagir en cas de coqueluche ?
Imprimer Envoyer à un ami
Coqueluche

Mis à jour le 5 janvier 2015

Comment réagir en cas de coqueluche ?

Devant des signes de coqueluche, il est indispensable de consulter votre médecin traitant. Il confirme le diagnostic par des examens complémentaires (prélèvements, analyses de sang). Si votre enfant a la coqueluche, certaines situations nécessitent une consultation d’urgence. À votre domicile, des gestes simples peuvent améliorer le confort de la personne malade et éviter la transmission de la bactérie.

Quand faut-il consulter ?

Devant des symptômes évoquant une coqueluche, il est essentiel d'obtenir un diagnostic exact. En effet, il est important que toute personne ayant contracté la maladie :

  • puisse recevoir un traitement adapté ;
  • évite d'être en contact avec de jeunes enfants ou des personnes insuffisamment vaccinées durant la période où la maladie est contagieuse.

Consultez votre médecin traitant ou votre pédiatre dans les cas suivants :

  • vous ou votre enfant souffrez d’une toux qui persiste plus de sept jours, s’aggrave et survient en quintes avec spasmes ;
  • votre enfant de moins de six mois tousse ;
  • vous et votre enfant avez été en contact avec quelqu'un qui a la coqueluche et vos vaccinations ne sont pas à jour.

Quand faut-il voir un médecin en urgence ?

Les situations d’urgence concernent surtout les enfants, et particulièrement les nourrissons. Consultez le plus vite possible et adressez-vous au service des urgences si nécessaire dans les cas suivants :

  • lors des quintes de toux, les extrémités des doigts et le pourtour de la bouche deviennent bleutés ;
  • votre enfant interrompt sa respiration même pendant de courts instants ou bien les quintes rendent sa respiration difficile ou rapide ;
  • votre enfant vous semble léthargique (endormi) ;
  • il a des convulsions (tremblements du corps persistants qu’on ne peut arrêter) ou des malaises ;
  • il refuse de boire, vomit et présente des signes de déshydratation ;
  • il a beaucoup de fièvre ;
  • il vous paraît faible.

Les bons réflexes face à la coqueluche

Lorsque le diagnostic de coqueluche est établi, appliquez les conseils suivants pour faciliter la guérison et éviter la transmission de la maladie :

  • informez la crèche, la nourrice de votre enfant, l’établissement scolaire ou votre lieu de travail, afin que des mesures de prévention puissent être prises. Parallèlement, restez chez vous ou gardez votre enfant à domicile pendant cinq jours après le début du traitement antibiotique. Durant cette période, évitez aussi tout contact avec les nourrissons et les personnes insuffisamment vaccinées ;
  • afin de favoriser l’évacuation du mucusmucus
    Substance visqueuse et translucide sécrétée par les muqueuses qui recouvrent la paroi de certains organes (poumons, pharynx, sinus...). Le mucus hydrate et protège ces organes
    , humidifiez l’air du logement (l'air sec a tendance à aggraver la toux). Pour les mêmes raisons, limitez la température à 19-20 °C dans la chambre où dort la personne atteinte ;
  • pour ne pas accentuer la toux, essayez d’arrêter de fumer et/ou évitez d’exposer votre enfant au tabagisme passif. Il est préférable de ne pas fumer du tout chez vous, y compris dans les pièces autres que celle où se trouve votre enfant ;
    Consulter le dossier : Arrêt du tabac
  • buvez beaucoup pour vous réhydrater (surtout en cas de vomissements) ou encouragez votre enfant à boire souvent de petites quantités d’eau ;
  • pour éviter la dénutrition chez votre enfant, donnez-lui fréquemment de petites quantités de nourriture. Avant et après l’avoir nourri, maintenez-le en position verticale : cela réduit les régurgitations et vomissements. Cette position l’aidera aussi à mieux respirer ;
  • si le nez de votre enfant est obstrué, pratiquez des lavages de nez ou incitez-le à se moucher.
POINT VIGILANCE

Attention ! Soyez vigilant si vous ou votre enfant avez été en contact avec une personne malade :

  • si vous n’avez aucun symptôme et que vous êtes à jour de votre vaccination contre la coqueluche, vous pouvez continuer à aller au travail ou à l’école ;
  • en cas de toux ou si vous n’êtes pas à jour de votre vaccination contre la coqueluche, il faut consulter votre médecin.
Sources
  • Haut Conseil de la santé publique (HCSP). Conduite à tenir devant un ou plusieurs cas de coqueluche. Site internet : HCSP. Paris ; 2014 [consulté le 31 décembre 2014]
  • Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM). Nouvelles modalités de prise en charge de la toux chez le nourrisson (enfant de moins de 2 ans). Site internet : ANSM. Paris ; 2010 [consulté le 31 décembre 2014]
  • Collège national des pédiatres universitaires. Coqueluche. Site internet : Campus de pédiatrie de l'Université numérique francophone des sciences de la santé et du sport. Lille (France) ; 2014 [consulté le 31 décembre 2014] 
  • National Health service (NHS). Whooping cough. Site internet : NHS choices. Londres ; 2014 [consulté le 31 décembre 2014]
  • Hôpital de Montréal pour enfants. Coqueluche : quand se présenter à l'urgence ? Site internet : Hôpital de Montréal pour enfants. Montréal (Canada) ; 2007 [consulté le 31 décembre 2014]
Avez-vous trouvé les informations recherchées ?
Annuaire santé
Tarifs, horaires, spécialité, localisation... trouvez le médecin qui vous convient.
N° d'urgence médicale
  • Samu : 15
  • Pompiers : 18
  • Appel d'urgence européen : 112

Ces numéros sont gratuits et peuvent être appelés d'un téléphone fixe ou d'un téléphone mobile même bloqué ou sans crédit.