Rechercher
La santé de A à Z
Par ordre alphabétique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Par partie du corps
Situations d'urgence
Situations d'urgence
L’essentiel pour réagir

Comment agir en cas d’urgence ? Quels gestes réaliser ? qui contacter ?

Offres de prevention
de l'Assurance Maladie

Pour accéder aux offres qui vous concernent, saisissez votre âge et votre sexe :

Rechercher
Sexe

 > 
Après la contraception d'urgence ?
Imprimer Envoyer à un ami
Contraception d’urgence

Mis à jour le 29 juin 2016

Après la contraception d'urgence ?

Après avoir pris une « pilule du lendemain », il est indispensable d'utiliser un préservatif à chaque rapport sexuel jusqu’aux prochaines règles. Si la contraception d'urgence a consisté en la pose d'un stérilet en cuivre, ce dernier fait office de contraception régulière. Sinon le choix d’une méthode de contraception régulière pourra être fait avec l’aide d’un professionnel de santé. Par ailleurs, il ne faut pas oublier qu’en dehors des préservatifs, aucune méthode de contraception ne protège des maladies sexuellement transmissibles.

Contraception d'urgence hormonale après un oubli de pilule : que faire ?

Si vous avez utilisé la contraception d’urgence hormonale suite à un oubli de pilule, il est recommandé de continuer à prendre votre contraception habituelle de façon régulière.

  • Dès que vous constatez cet oubli, reprenez votre plaquette habituelle au dernier comprimé oublié (là où vous vous êtes arrêtée).
  • Continuez ensuite à prendre votre pilule comme d’habitude.
    Exemple : vous avez oublié votre pilule le 12 et le 13 du mois. Le 14, reprenez votre plaquette à partir du 12e comprimé et terminez-la jusqu’à la fin.

La contraception d’urgence hormonale n’agit que pour les rapports sexuels qui ont eu lieu avant la prise du comprimé.
Même s’il vous est recommandé de continuer à prendre votre pilule habituelle, elle n’est plus suffisamment efficace pour le cycle en cours. Il faut donc utiliser un préservatif à chaque rapport sexuel jusqu'aux prochaines règles pour éviter tout risque de grossesse non désirée. Votre contraception ne redeviendra efficace qu’à partir du premier comprimé de la plaquette suivante.
Consulter l'article : La contraception hormonale

Choisir un moyen de contraception régulier

Si vous avez bénéficiez d'une contraception d'urgence intra-utérine par la pose d'un dispositif intra-utérin au cuivre ou stérilet, ce dispositif fait office de moyen de contraception régulière. Le stérilet ne protège pas des infections sexuellement transmissibles. Demandez conseil à votre médecin.
Consulter l'article : La contraception par stérilet

La contraception d’urgence hormonale ou "pilule du lendemain" n’est pas une méthode de contraception régulière.
Pour éviter une grossesse non désirée, il existe de nombreux moyens de contraception efficaces : pilule, stérilet, implant contraceptif, préservatif, etc. Chaque femme peut choisir la méthode qui lui convient le mieux et qui est adaptée à son âge, à son mode de vie et à son état de santé.
Prenez rendez-vous avec votre médecin traitant, avec un gynécologue ou dans un centre de planification ou d’éducation familiale, cela vous permettra :

  • de choisir votre méthode contraceptive régulière ;
  • d'adapter ou de changer votre méthode de contraception si celle que vous utilisiez ne convient pas à votre mode de vie ou à votre état de santé ;
  • de vérifier, si vous avez un comportement à risque, que vous n’avez pas été contaminée par une infection sexuellement transmissible.

Consulter l'article : Contraception : comment la choisir ?

Face au risque d'infections sexuellement transmissibles (IST), que faire ?

Si vous avez eu des rapports sexuels sans utiliser de préservatif, il existe un risque d’infection sexuellement transmissible comme le VIH, l'hépatite B, les chlamydiae. Ces infections peuvent être dépistées lors d’une consultation médicale et grâce à des examens complémentaires.

Une fois votre méthode de contraception choisie, il est conseillé en plus d’utiliser des préservatifs pendant les trois premiers mois d’une relation sexuelle suivie, puis de faire un test de dépistage des infections sexuellement transmissibles. Si vous avez une relation stable et de confiance, vous pourrez alors abandonner cette protection.

Concernant particulièrement le VIH, si vous pensez avoir pris un risque, il faut vous rendre le plus tôt possible et sans dépasser un délai de 48 heures, à une consultation de dépistage ou aux urgences d'un hôpital.
Un médecin examinera avec vous la situation et vous conseillera.
Pour en savoir plus, consulter l'article : Le dépistage du VIH
Selon ce que vous savez de votre partenaire et selon ce qui s'est passé, un traitement préventif (prophylaxie post-exposition) d'une durée limitée, destiné à tenter d'éviter une contamination par le VIH, pourra être prescrit.
Pour en savoir plus, consulter l'article : La prévention du VIH

LIENS UTILES
Sources
  • Haute Autorité de santé (HAS). Dépistage de l’infection par le VIH en France : stratégies et dispositif de dépistage. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2009 [consulté le 7 juin 2016]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Méthodes contraceptives : focus sur les méthodes les plus efficaces disponibles. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2015 [consulté le 7 juin 2016]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Contraception : les fiches mémos. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2015 [consulté le 7 juin 2016]
Annuaire santé
Tarifs, horaires, spécialité, localisation... trouvez le médecin qui vous convient.
INFO PRATIQUE

Vous êtes mineure ? Les consultations et la contraception sont gratuites dans les centres de planification et d’éducation familiale. La confidentialité est assurée et vous n’avez pas besoin d’autorisation parentale.