Rechercher
La santé de A à Z
Par ordre alphabétique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Par partie du corps
Situations d'urgence
Situations d'urgence
L’essentiel pour réagir

Comment agir en cas d’urgence ? Quels gestes réaliser ? qui contacter ?

Offres de prevention
de l'Assurance Maladie

Pour accéder aux offres qui vous concernent, saisissez votre âge et votre sexe :

Rechercher
Sexe

 > 
Comment prévenir la survenue du cancer du poumon ?
Imprimer Envoyer à un ami
Cancer du poumon

Mis à jour le 8 décembre 2015

Comment prévenir la survenue du cancer du poumon ?

Le tabac est à l’origine de la grande majorité des cancers bronchopulmonaires. Il est donc possible de réduire le risque de cancer en supprimant le tabagisme actif et passif. Les expositions professionnelles (amiante essentiellement), ainsi que certains facteurs environnementaux sont beaucoup plus rarement en cause. Des mesures préventives peuvent agir sur ces déterminants.

Jeune homme avec un panneau d'interdiction de fumer

Lutter contre le tabagisme pour réduire le risque de cancer bronchopulmonaire

Le tabagisme, même peu important, augmente considérablement le risque de survenue de cancer du poumon. Il faut éviter toutes les formes de tabac (cigarettes, cigares, cigarillos, narguilé...) ainsi que le cannabis, également cancérigène.

Le tabagisme passif accroît également le risque de cancer du poumon. Il est important d'éviter les atmosphères enfumées et de ne pas exposer les enfants à la fumée de tabac.

Il est important de tout faire pour arrêter de fumer définitivement. L'arrêt du tabac apporte une meilleure qualité de vie, diminue le risque de bronchopneumopathie obstructive, le risque cardiovasculaire, en plus de diminuer le risque de cancer.

Ainsi :

  • Après 24 heures d'arrêt du tabac, le monoxyde de carbone est complètement éliminé par le corps, les poumons commencent à éliminer le mucusmucus
    Substance visqueuse et translucide sécrétée par les muqueuses qui recouvrent la paroi de certains organes (poumons, pharynx, sinus...). Le mucus hydrate et protège ces organes
    et les résidus de fumée.
  • Après 48 heures, le goût et l'odorat s'améliorent.
  • Après 72 heures, la respiration est plus facile.
  • Au bout de trois à neuf mois, les problèmes respiratoires et la toux s'apaisent, la voix devient plus claire.
  • Après un an sans tabac, le risque d'infarctus du myocarde diminue de moitié et le risque d'accident vasculaire cérébral rejoint celui d'un non-fumeur.
  • À l'arrêt, le risque de cancer du poumon diminue. Cette diminution du risque est d'autant plus importante que l'on arrête tôt, mais elle est également significative si l'on arrête plus tard : à 75 ans, le risque cumulé de décès par cancer du poumon est de 16 % chez ceux qui continuent à fumer, de 6 % chez ceux ayant arrêté à 50 ans, et de 2 % seulement chez ceux ayant arrêté à 30 ans.
  • Après l'arrêt, l'espérance de vie augmente : arrêter de fumer à 40 ans augmente l’espérance de vie de 7 ans, arrêter à 50 ans améliore l’espérance de vie de 4 ans et arrêter à 60 ans améliore l’espérance de vie de 3 ans.

Éviter les expositions professionnelles aux substances favorisant la survenue du cancer du poumon

Le but est de renforcer la prévention en milieu de travail pour réduire l’exposition aux agents cancérogènes. Il est possible de réduire les risques sanitaires des substances toxiques et en particulier de l'amiante grâce à des mesures professionnelles, à la fois collectives et individuelles.

En milieu professionnel, la réglementation précise les modalités assurant la protection des travailleurs contre les risques. Elle fixe, en outre, les règles techniques, les moyens de prévention collective et les types d’équipements individuels nécessaires à la protection des travailleurs contre ces expositions.

Pour en savoir plus, informez-vous auprès de votre entreprise et de votre médecin du travail. Vous pouvez aussi consulter le site de l’Institut national de Recherche et de Sécurité (INRS).

Réduire les expositions environnementales cancérigènes

L'objectif du Plan Cancer 2014-2019 est de réduire l’exposition de la population aux polluants atmosphériques et aux rayonnements ionisants.

LIENS UTILES
Sources
  • Haute Autorité de santé (HAS). Tumeur maligneTumeur maligne
    Ensemble de cellules qui échappent au contrôle de l'organisme et qui se mettent à se multiplier de manière anarchique et à proliférer.
    , affection maligne du tissu lymphatique ou hématopoïétique - Cancers broncho-pulmonaires - Guide du parcours de soins. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2013 [consulté le 2 décembre 2015]
  • Institut national du cancer (INCa). Cancer du poumon. Site internet : INCa. Boulogne Billancourt (France) ; 2015 [consulté le 2 décembre 2015].
  • Institut national du cancer (INCa). Tabac. Site internet : InCa. Boulogne Billancourt (France) ; 2015 [consulté le 2 décembre 2015]
  • Ministère des Affaires sociales et de la Santé. Plan Cancer 2014-2019. Guérir et prévenir les cancers : donnons les mêmes chances à tous, partout en France. Site internet : sante.gouv. Paris ; 2014 [consulté le 2 décembre 2015].
Avez-vous trouvé les informations recherchées ?
Annuaire santé
Tarifs, horaires, spécialité, localisation... trouvez le médecin qui vous convient.
INFO PRATIQUE

Pour vous aider à arrêter de fumer, l'Assurance maladie peut vous faire bénéficier d'un remboursement forfaitaire sur les substituts nicotiniques dans toutes les pharmacies, sur présentation de votre ordonnance.
Renseignez-vous auprès de votre caisse d'Assurance maladie.
Consulter l'article : L'arrêt du tabac : une prise en charge des substituts nicotiniques 

À TÉLÉCHARGER

Le guide de l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé

J arrete de fumer