Rechercher
La santé de A à Z
Par ordre alphabétique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Par partie du corps
Situations d'urgence
Situations d'urgence
L’essentiel pour réagir

Comment agir en cas d’urgence ? Quels gestes réaliser ? qui contacter ?

Offres de prevention
de l'Assurance Maladie

Pour accéder aux offres qui vous concernent, saisissez votre âge et votre sexe :

Rechercher
Sexe

 > 
Comment prévenir le cancer du col de l’utérus ?
Imprimer Envoyer à un ami
Cancer du col de l'utérus

Mis à jour le 3 février 2016

Comment prévenir le cancer du col de l’utérus ?

Il y a deux moyens efficaces pour prévenir le cancer du col de l'utérus : le frottis de dépistage qui va détecter des cellules pré-cancéreuses et la vaccination contre le papillomaviruspapillomavirus
Virus provoquant des infections au niveau des organes génitaux.
.

Le frottis de dépistage du cancer du col de l'utérus

L'évolution vers un cancer du col de l'utérus se fait en plusieurs années. Le but du frottis est de repérer des cellules anormales au niveau du col de l’utérus, avant même qu’elles ne deviennent cancéreuses. Les lésions précancéreuses sont alors enlevées, ce qui permet de prévenir l’apparition d’un cancer. Le frottis de dépistage est donc le meilleur moyen de lutter contre le cancer de l'utérus.

Plus une anomalie est détectée tôt, mieux elle se soigne. Le frottis est un prélèvement simple et indolore qui ne prend que quelques minutes.
Consulter l'article : Comment dépister le cancer du col de l'utérus ?

QUESTION-RÉPONSE

« Qu’est-ce que le dépistage ? »

Le dépistage est une démarche qui permet de diagnostiquer tôt certains cancers. Il vise à détecter, en l’absence de symptômes, des lésions susceptibles d’être cancéreuses ou d’évoluer vers un cancer. On parle ainsi de dépistage lorsqu’on réalise des examens de surveillance alors qu’on se sent a priori en bonne santé.

La vaccination contre le papillomavirus humain (HPV)

La vaccination contre le papillomaviruspapillomavirus
Virus provoquant des infections au niveau des organes génitaux.
humain
(HPV) permet de prévenir les infections par les virus les plus fréquents, responsables de 70 % des cas de cancers du col de l’utérus.

Mais attention : la vaccination ne protège ni contre tous les cancers du col de l’utérus ni contre toutes les lésions précancéreuses. Donc, même vaccinée, il est indispensable de se faire dépister en réalisant un frottis tous les trois ans.

La vaccination contre le virus HPV : qui peut en bénéficier ?

Le vaccin est recommandé pour toutes les jeunes filles de 11 à 14 ans.
En rattrapage, le vaccin est recommandé pour les jeunes filles de 15 à 19 ans révolus non encore vaccinées.
Le vaccin est d'autant plus efficace que les jeunes filles n'ont pas encore été exposées au risque d'infection par le HPV.

Comment se déroule la vaccination ?

La vaccination se déroule en deux injections espacées de six mois pour les jeunes filles de 11 à 14 ans révolus.

Pour les jeunes filles de 15 à 19 ans révolus, trois injections sont nécessaires selon le schéma suivant : la deuxième injection a lieu un mois après la première et la troisième est faite 6 mois après la première.

Deux vaccins sont utilisables : un vaccin bivalent (qui protège contre les virus de types 16,18) et un vaccin quadrivalent (qui protège contre les virus de types 6,11,16,18). Les vaccins ne sont pas interchangeables et toute vaccination initiée avec l'un d'eux doit être achevée avec le même vaccin.

La vaccination peut protéger contre les types de virus les plus fréquents et qui sont à l’origine de 70 % des cas de cancer du col de l’utérus. Il existe cependant d’autres types de virus qui peuvent eux aussi provoquer un cancer et qui ne sont pas couverts par cette vaccination.
Seul le frottis permet de détecter la présence d’une anomalie au niveau du col de l’utérus après une infection par les virus et de la prendre en charge rapidement.

À RETENIR
  • La vaccination contre les infections à papillomaviruspapillomavirus
    Virus provoquant des infections au niveau des organes génitaux.
    humains (HPV)
    est recommandée pour toutes les jeunes filles de 11 à 14 ans et un rattrapage est possible jusqu'à 19 ans révolus.
  • Faites régulièrement un frottis de dépistage, même si vous êtes vaccinée contre les infections à papillomaviruspapillomavirus
    Virus provoquant des infections au niveau des organes génitaux.
    humains (HPV).
  • Quel que soit votre âge, faites-vous suivre régulièrement sur le plan gynécologique et consultez si vous avez des douleurs ou des saignements en dehors des règles.
QUESTION-RÉPONSE

Pour trouver des réponses aux questions que vous vous posez sur la prévention du cancer du col de l'utérus :
consulter le site du Ministère des Affaires sociales, de la Santé et du Droits des femmes

consulter le site de l'Institut national du cancer

Sources
  • Institut national du cancer (INCa). Le cancer du col de l'utérus : facteurs de risque. Site internet : INCa. Boulogne Billancourt (Paris) [consulté le 28 janvier 2016]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Dépistage du cancer du col de l'utérus. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2013 [consulté le 28 janvier 2016]
  • Ministère des affaires sociales et de la santé. Calendrier des vaccinations et recommandations vaccinales 2015. Site internet : Le site santé du Ministère des affaires sociales et de la santé. Paris (France) ; 2015 [consulté le 19 janvier 2016]
  • Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (Inpes). Le guide - Calendrier des vaccinations des adolescents et des adultes. Site internet : Inpes. Saint-Denis (France) ; 2015 [consulté le 19 janvier 2016].
Avez-vous trouvé les informations recherchées ?
Annuaire santé
Tarifs, horaires, spécialité, localisation... trouvez le médecin qui vous convient.
À TÉLÉCHARGER

Prévention du cancer du col de l'utérus

Dépliant édité par l'INCa
Dépliant édité par l'INCa
LIEN UTILE

Point d'information au 13 septembre 2015 de l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM)

Les résultats de l’étude réalisée conjointement par l’ANSM et l’Assurance Maladie, portant sur une cohorte de 2,2 millions de jeunes filles âgées de 13 à 16 ans se révèlent rassurants quant au risque de survenue de maladies auto-immunesmaladies auto-immunes
Maladie au cours de laquelle l’organisme produit des anticorps dirigés contre ses propres constituants.
associé à la vaccination anti-HPV.
Lire le point d'information sur le site de l'ANSM