Rechercher
La santé de A à Z
Par ordre alphabétique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Par partie du corps
Situations d'urgence
Situations d'urgence
L’essentiel pour réagir

Comment agir en cas d’urgence ? Quels gestes réaliser ? qui contacter ?

Offres de prevention
de l'Assurance Maladie

Pour accéder aux offres qui vous concernent, saisissez votre âge et votre sexe :

Rechercher
Sexe

 > 
La consultation et le traitement médical de la bronchite aiguë
Imprimer Envoyer à un ami
Bronchite aiguë

Mis à jour le 6 décembre 2016

La consultation et le traitement médical de la bronchite aiguë

Si vous consultez votre médecin traitant, il vous examine et vous prescrit un traitement pour soulager les symptômes. Les antibiotiques sont inutiles et inefficaces chez les enfants et adultes en bonne santé. Aucun examen complémentaire n'est inutile en cas de bronchite aiguë. Si une autre affection est suspectée, un bilan complémentaire peut être nécessaire.

La consultation en cas de bronchite aiguë

À l’auscultation, le médecin traitant ou le pédiatre peut entendre des signes évocateurs d’atteinte bronchique, appelés râles bronchiques. La toux grasse et l'aspect purulent des sécrétions ne sont pas des signes de surinfection bactérienne. À ce stade, la radiographie thoracique et les examens complémentaires ne sont pas nécessaires.

Si le médecin traitant suspecte une pneumonie, il prescrit une radiographie pulmonaire.

Si la toux dure plus de trois semaines, il recherche une coqueluche et demande un bilan sanguin (sérologie).

Si d’autres symptômes apparaissent (difficultés à avaler, mal de tête, vomissements…), le médecin complète le bilan à la recherche d’une pathologie associée.

Le traitement médical de la bronchite aiguë

La bronchite aiguë est une maladie presque toujours virale. Seul un traitement pour soulager la fièvre, la douleur et, éventuellement, la toux est utile. Cette maladie guérit naturellement sans antibiotiques.

Pas d'antibiotique

Chez l’adulte et chez l'enfant en bonne santé, la bronchite aiguë guérit spontanément en une dizaine de jours. Un traitement par antibiotiques est inutile et inefficace : les antibiotiques ne réduisent ni la durée, ni l’évolution des symptômes (notamment la toux), ni le risque de complications.

La toux dure entre cinq et dix jours, voire deux ou trois semaines. Les sécrétions purulentes (crachats) persistent, en général, une dizaine de jours. Cela ne signifie pas, pour autant, que la maladie s’aggrave ou que le traitement prescrit par le médecin n’est pas efficace. Des mesures d'hygiène permettent d'éviter la transmission du virus.

En revanche, la bronchite aiguë peut être plus grave chez les personnes âgées de plus de 75 ans et les patients atteints d’une pathologie respiratoire chronique ou d’une autre pathologie (insuffisance cardiaquemaladie rénale chronique, cancer, immunodépressionimmunodépression
Diminution ou disparition des défenses immunitaires de l'organisme.
, cirrhose du foie). Ceux-ci devront faire l’objet d’une surveillance médicale.

LE SAVIEZ-VOUS ?

Les antibiotiques, utilisés à tort, ils deviendront moins forts

Les antibiotiques ne permettent pas de soigner les maladies d'origine virale comme la bronchite aiguë. Il est essentiel de réserver les antibiotiques aux maladies infectieuses pour lesquelles vous en avez vraiment besoin. La consommation inappropriée d'antibiotiques rend les bactéries plus résistantes.

Téléchargez la fiche d'information vous expliquant pourquoi votre médecin ne vous a pas prescrit d'antibiotiques
Consultez le dossier : Protégeons les antibiotiques

À VOIR

Pour visualiser le contenu vidéo proposé, vous devez pouvoir exécuter les scripts Javascript et disposer du plugin Adobe Flash Player en version 8 ou plus récente.

Si ce plugin n'est pas installé sur votre poste, vous pouvez le télécharger gratuitement sur le site d'Adobe; pour accéder à ce site, cliquez sur l'image :

Télécharger Flash Player

 

Un traitement pour soulager la fièvre et la douleur peut être nécessaire

Seul un traitement pour soulager la fièvre et la douleur, est nécessaire : paracétamol en première intention ou ibuprofène.
 
Consulter l'article : Bronchite aiguë : que faire en cas de fièvre chez l'enfant ?

Quelle est la place des antitussifs et des fluidifiants ?

La toux est un réflexe naturel de défense de l’organisme qu’il convient de respecter.

La toux chez l'enfant de plus de deux ans et chez l'adulte : 

L'utilisation des médicaments antitussifs est limitée aux toux irritatives, non productives.
L'antitussif peut soulager en cas de toux sèche. Mais quand la toux devient grasse, ce traitement n’est pas recommandé et doit être arrêté.
L'utilisation de médicaments antitussifs à base de codéine n'est pas recommandée chez les enfants de moins de 12 ans, chez les enfants et adolescents entre 12 et 18 ans présentant des troubles respiratoires, chez les femmes lorsqu'elles allaitent et chez les personnes connues pour être des "métabolisateurs ultra-rapides CYP2D6" (ces personnes transforment très rapidement la codéine en morphine ; il en résulte un taux sanguin de morphine plus élevé augmentant le risque de toxicité et de dépression respiratoire).
Les produits expectorants ou fluidifiants n’ont pas fait l’objet de recommandations scientifiques.

La toux chez l’enfant de moins de 2  ans : 

La toux est un symptôme fréquent chez l’enfant de moins de deux ans et en particulier lorsqu'il présente une bronchite aiguë.
Dans la majorité des cas, la toux disparaît dans un délai maximal de 10 à 14 jours. Dans certains cas, elle peut régresser plus lentement, en 3 à 4 semaines, sans pour autant être liée à une complication.
Les mesures d’hygiène (éviction du tabac dans les pièces, désencombrement des fosses nasales en cas de rhinite associée) sont indispensables.
Les antitussifs, les expectorants et les fluidifiants sont contre indiqués chez l’enfant de moins de 2 ans. 

Scolarisation et arrêt de travail

L’éviction scolaire n’est pas obligatoire  si votre enfant se sent suffisamment bien : il peut aller à l’école en respectant les mesures de prévention pour limiter la transmission du virus.

Si vous travaillez, la nécessité d’arrêter votre travail dépend de l’intensité des symptômes (toux, fièvre…) que vous ressentez, et de la nature de votre travail. Ces indications ne s’appliquent pas aux personnes présentant un terrain fragile (maladie chronique pulmonaire par exemple) et qui ont besoin d’une surveillance et d’un repos plus prolongé.
Si votre travail est sédentaire, votre médecin ne vous prescrit pas systématiquement un arrêt de travail. Si l’arrêt est utile, 4 jours sont le plus souvent suffisants.
Si votre travail est physique et nécessite le port de charges, ou s’il se déroule dans un environnement défavorable (poussières, vapeurs, fumées…), votre médecin traitant peut estimer qu’un arrêt de travail est nécessaire. En général, un arrêt de 4 à 7 jours est alors suffisant. À votre retour en entreprise, des mesures de protection temporaires (port de masque…) sont parfois utiles ; prenez contact avec votre médecin du travail.

Sources
  • National health service (NHS). Bronchitis. Site internet : NHS choices. Londres ; 2014 [consulté le 22 mars 2016]
  • Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM). Prise en charge de la toux chez le nourrisson (enfant de moins de 2 ans). Site internet : ANSM. Saint-Denis (France) ; 2011 [consulté le 22 mars 2016]
  • Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé. Médicaments à base de codéine utilisés chez l’enfant dans le traitement de la toux - Point d'Information. Site internet : ANSM. Saint-Denis (France) ; 2015 [consulté le 22 mars 2016]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Traitement de la toux et de l’expectorationexpectoration
    Sécrétion des voies respiratoires expulsée par la toux.
    dans les bronchites. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2006 [consulté le 22 mars 2016]
  • Caisse nationale de l'assurance maladie des travailleurs salariés. Arrêt de travail. Bronchite aiguë de l'adulte sans comorbidité, après avis de la HAS. Site internet : ameli.fr. Paris ; 2010 [consulté le 22 mars 2016]
  • Ministère de la santé, Société française de pédiatrie et Assurance maladie. Guide pratique "Collectivités de jeunes enfants et maladies infectieuses". Site internet : Ameli-santé. Paris ; 2009 [consulté le 22 mars 2016]
  • Société de pneumologie de langue française. Catherinot É, Bron C, Rivaud É, Couderc LJ. Infections respiratoires basses communautaires. Site internet : SPLF. Paris ; 2013 [consulté le 22 mars 2016].
Avez-vous trouvé les informations recherchées ?
Annuaire santé
Tarifs, horaires, spécialité, localisation... trouvez le médecin qui vous convient.
À TÉLÉCHARGER

La brochure de l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé

Bebe tousse
À TÉLÉCHARGER

Brochures de l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé

regles-dor-automedication afssaps
Paracetamol
ibuprofene